RMC

Covid-19: les entreprises devront-elles rembourser les aides?

"LECHYPRE D'AFFAIRES" - Tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Emmanuel Lechypre, dans "Apolline Matin".

La Cour des comptes appelle le gouvernement à renforcer les contrôles sur les aides versées aux ménages et aux entreprises depuis le début de la crise sanitaire.

>> A LIRE AUSSI - Le "quoi qu'il en coûte", c'est terminé: le gouvernement veut désormais centrer les aides sur quelques secteurs toujours en difficulté

C’était la promesse du quoi qu’il en coûte: des aides massives, globales, accordées quasiment sans conditions aux entreprises comme aux ménages pour éviter l’effondrement économique. Au total 35 milliards environ pour le fonds de solidarité destiné à compenser la chute des chiffres d’affaires, environ autant pour le chômage partiel, une dizaine de milliards d’allégements de charges diverses, plus de 80 milliards d’euros, et enfin 140 milliards de PGE, censés être remboursés.

Aucun pays n’a arrosé aussi large et sans conditions.

Est-ce qu’on en a fait trop ?

C’est facile à dire à postériori, mais oui on en fait trop. 25.000 faillites de moins qu’une année normale en 2020, alors qu’il y a eu 8% de baisse de PIB . C’est bien qu’on a sauvé des entreprises qui auraient dû mourir.

La rentabilité des entreprises a explosé. On a des records absolus historiques, le dernier record datait de 1951. La trésorerie n’a jamais été aussi confortable depuis qu’on la mesure. Le PGE, la moitié des entreprises l’ont sollicité par précaution, mais n’en ont pas dépensé le premier centime.

En revanche, la fraude est restée limitée . Si on cumule tous les types de fraude, on est à moins de 50 millions, c’est infinitésimal.

Comment les entreprises vont devoir rembourser les trop-perçus ?

La Cour des comptes recommande au ministère des Finances d'identifier les cas dans lesquels le cumul de toutes les aides versées à une entreprise dépasse "significativement" les pertes d'exploitation engendrées par la crise, et le cas échéant d'engager une récupération au moins partielle du différentiel".

C’est ce qu’a fait l’Australie. Là-bas aussi, le gouvernement a été généreux, le chômage a peu augmenté. Une entreprise sur six a dû rembourser les aides dont elle avait bénéficié, et l’Etat a récupéré 8 des 60 milliards, soit 14% de sommes qu’il avait engagé. Transposé à l’échelle française, cela représente plus de 11 milliards sur les 20 engagés. 

Emmanuel Lechypre