RMC

Covid-19: un nouvel avenant nourrit le conflit entre restaurateurs et assureurs

-

- - -

Un nouvel avenant au contrat d’assurance des restaurateurs stipule qu’à partir du 1er janvier 2021, les pertes d’exploitation liées à une épidémie ne seront plus couvertes.

Alors qu’une deuxième vague se profile, les professionnels de la restauration sont inquiets. Ils reçoivent depuis quelques semaines des avenants à leur contrat dans leur boite aux lettres, qu’ils ont obligation de signer sous peine d’être résilié.

Il s’agit d’un avenant au contrat d’assurance qui stipule qu’à partir du 1er janvier 2021, les pertes d’exploitation liées à une épidémie ne seront plus couvertes. Ce document est à signer et à renvoyer à l’assureur sous peine de voir tout son contrat résilié.

La fin d’une potentielle indemnisation en cas de fermeture administrative

Cet avenant, quasiment toutes les compagnies d’assurance l’ont envoyé à leurs clients ces dernières semaines. Leur objectif est très clair: ne pas avoir à prendre en charge les pertes des professionnelles en cas de nouveau confinement.

Pour environ 2/3 des restaurateurs, selon le principal syndicat de l’hôtellerie restauration, cet avenant ne change rien, car leur contrat ne prévoyait de toute façon aucune prise en charge. Mais pour le tiers restant, la colère est grande. Car cet avenant signe la fin d’une potentielle indemnisation en cas de fermeture administrative.

Marie Regnier (avec G.D.)