RMC

Covid-19: une semaine après le déconfinement, ces "frémissements" que surveillent les autorités

La vigilance reste de mise même si les autorités estiment que les Français ont bien compris le principe du respect des gestes barrières et de la distanciation sociale.

Après plus d'une semaine de déconfinement, le monde scientifique tire les premières leçons et la vigilance est de mise. Bien entendu "Le virus est toujours là". Mais "il n'y a pas pour le moment de signal de reprise de l’épidémie", assure la directrice générale de Santé publique France, Geneviève Chêne.

Les premiers signaux sont même encourageants conclu Jérôme Salomon, le directeur général de la santé après plus d'une semaine de déconfinement:

"On a l’impression que les Français ont bien compris l’importance des gestes barrières et l’utilité du port du masque lorsque la distance d’un mètre ne peut pas être respectée. Le nombre de contacts à risque diminue et c’est un bon signe".

Conclusions attendues la semaine prochaine

Les autorités restent tout de même prudentes car il y a des frémissements à surveiller. Pas moins de huit nouveaux foyers de contamination de coronavirus ont par exemple été identifiés dans la région Grand Est depuis le 11 mai, premier jour de déconfinement. Quatre zones dans le département de la Moselle, deux dans le Bas-Rhin, un en Haute Marne et enfin un autre dans la Meuse, avec à chaque fois entre 3 et 16 personnes contaminées. 

Des foyers principalement dans des Ehpad, déjà durement touchés depuis le début de la crise, mais aussi dans un établissement pour personnes handicapés ou dans une gendarmerie.

Ces nouveaux cas de contamination ne sont pas forcément liés au déconfinement: les autorités estiment que les cas sont identifiés et la propagation du virus contenue. Autre "cluster" en date: des cas confirmés dans les commissariats de Lille et d'Arras.

Dans le service des maladies infectieuses du professeur Eric Caumes par exemple à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, "On voit quand même revenir des patients en petits nombres avec une maladie Covid. Trois sont arrivés ce week-end et on n’avait pas revu ça depuis une dizaine de jours. Il y a trois mois, cela a commencé comme ça", explique le praticien

Entre le temps d'incubation, et le délai entre les premiers symptômes, les consultations et la remontée des informations, les autorités sanitaires attendent la semaine prochaine pour voir si le virus repart sous l'effet du déconfinement. Mais une certitude: le virus circule peu: moins de 6% des passages aux urgences se font pour suspicion de Covid-19 et la moitié des lits de réanimation sont de nouveau libres.

Nicola Traino, Maxime Brandstatter (avec Guillaume Dussourt)