RMC

Covid: un cluster détecté dans une maison d'arrêt de l'Isère

Un quartier de prévention de la radicalisation à la prison de la Santé, à Paris, le 12 juillet 2019.

Un quartier de prévention de la radicalisation à la prison de la Santé, à Paris, le 12 juillet 2019. - BFMTV

Six membres du personnel, sur 160, et cinq détenus, sur 300, ont été testés positifs au cours des sept derniers jours.

Dix cas de Covid-19 ont été détectés ces derniers jours au sein de la maison d'arrêt de Varces, située près de Grenoble, a annoncé jeudi la direction de l'établissement, confirmant une information du quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

Six membres du personnel, sur 160, et cinq détenus, sur 300, ont été testés positifs au cours des sept derniers jours, contraignant l'agence régionale de santé (ARS) à déclencher un dispositif de crise pour casser la chaîne de contaminations.

La direction a mis en place une procédure de prise en charge des détenus testés positifs selon "un protocole renforcé" de placement en quarantaine, a indiqué la cheffe d'établissement Valérie Mousseeff. Elle a précisé que les parloirs avec les familles avaient pu être maintenus grâce à un dispositif d'hygiaphones.

>> A LIRE AUSSI - "Je ne sais même pas s’ils sont vivants": un homme accuse Rémy Daillet d'avoir manipulé son ex-femme et soustrait ses enfants en Malaisie

72 détenus testés

"La continuité du service est assurée tout en maintenant un haut niveau de protection sanitaire pour nos agents et pour les publics pris en charge. Il y a plus d'apaisement qu'en mars 2020 car les personnes détenues ont compris que les personnels pénitentiaires resteront présents et mobilisés. Leur motif de préoccupation est souvent plus lié aux conditions matérielles de détention qu'à la crainte du virus", a ajouté Valérie Mousseeff.

Une campagne de dépistage en lien avec le CHU de Grenoble et l'ARS était menée ce jeudi auprès de 72 détenus du quartier des majeurs, où les cas ont été détectés, afin d'accroitre les chances de casser la chaine de contamination. 

Une autre journée de dépistage, élargie cette fois au personnel, aura également lieu vendredi pour permettre "une photographie précise de la situation" et la mise en place de "mesures adaptées".

En 2020, aucun détenu et membre du personnel pénitentiaire n'avait été testé positif au sein de la maison d'arrêt. Deux premiers cas étaient apparus "début 2021", mais "toutes les chaines de contamination" avaient pu être "contenues et cassées très rapidement, malgré le milieu fermé".

>> A LIRE AUSSI - "Notre réa ne pourra pas tenir très longtemps": à Nancy, l'hôpital se démène pour ne pas imploser

La rédaction avec AFP