RMC

Cyberattaque à l'hôpital de Corbeil-Essonnes: la crainte des patients pour leurs données médicales

Le centre hospitalier Sud Francilien de Corbeil-Essonnes a subi une cyberattaque samedi soir. Depuis, le fonctionnement est ralenti et des opérations ont été déprogrammées. Mais les hackeurs ont également pu dérober les dossiers médicaux des patients.

Le centre hospitalier Sud Francilien, à Corbeil-Essonnes, fonctionne au ralenti depuis dimanche. En cause, une cyberattaque qui a touché cet important hôpital dans la nuit de samedi à dimanche. Les pirates informatiques exigent le versement d'une rançon de 10 millions de dollars, sous peine de maintenir le blocage du système et de divulguer les données médicales des patients.

Conséquence, l'hôpital a été contraint de déprogrammer certaines opérations médicales lundi.

Chaque année, l'hôpital prend en charge 85.000 patients. Autant de dossiers médicaux qui ont été numérisés et donc dérobés par les hackers. Mutuelles, numéros de sécurité sociale, antécédents médicaux… Des éléments confidentiels qu'Aurélie, une patiente atteinte d'un cancer, ne souhaiterait pas voir divulguer.

“On n’a pas forcément envie que nos pathologies soient connues de certaines personnes. Or, on ne sait pas jusqu’où ça peut aller et à qui ils revendent ces informations”, confie-t-elle.

Elle s'étonne aujourd'hui que toutes ces données ne soient pas davantage sécurisées. “Je ne comprends pas qu’ils arrivent à hacker des services comme ça. Il faut que l’Etat prenne ça au sérieux”, appuie-t-elle.

Les hôpitaux trop peu protégés?

Que l’Etat prenne au sérieux ces cyberattaques, surtout lorsqu'elles paralysent le service des urgences. Franck Banizette, représentant syndical Sud Santé, demande au gouvernement de protéger davantage les hôpitaux de France des cyberattaques.

“Il n’y a plus d’urgences. On ne peut plus enregistrer un seul patient. On ne pourra pas tenir comme ça pendant 15 jours, ce n’est pas possible. Il n’y a pas eu un plan global du gouvernement pour protéger les hôpitaux. Il faut mettre des moyens et des mesures en place”, appuie-t-il.

Selon le gouvernement, toutes les semaines depuis le début de l'année, un établissement de santé est la cible d'une cyberattaque.

Romain Poisot avec Guillaume Descours