RMC

"De plus en plus de jeunes appellent": l'inquiétude des soignants avant une potentielle 4e vague dans les hôpitaux

Les soignants s'inquiètent de la 4e vague qui débute. La vaccination va-t-elle freiner les hospitalisations?

La 4e vague présente un "risque majeur" pour les hôpitaux, si elle arrive dès août prévenait dimanche Aurélien Rousseau, le directeur général de l'ARS Île-de-France dans les colonnes du JDD. La couverture vaccinale va-t-elle permettre de freiner les hospitalisations qui repartent déjà à la hausse ?

En effet, 266 patients diagnostiqués Covid19 sont admis à l'hôpital chaque jour en moyenne sur la semaine écoulée en France, +52% en une semaine. Ces admissions repartent à la hausse, dans plusieurs régions comme en Île-de-France ou en Occitanie. Les soignants, partout en France, sont inquiets.

>>> A LIRE AUSSI - Obligatoire en terrasse, pas de licenciement pour les salariés récalcitrants... Ce que contient le texte définitif du "pass sanitaire"

"On peut très inquiets sur les prochains jours"

De plus en plus d'appels pour Covid au SAMU du CHU de Nancy. Au bout du fil, ce weekend, Adrien Bassant, médecin urgentiste.

"Il y a une recrudescence des appels qui nous rappelle de façon quand même assez inquiétante ce qu'il s'est passé l'année dernière. J'ai l'impression qu'il y a de plus en plus de jeunes qui appellent car les non-vaccinés sont majoritairement jeunes aujourd'hui."

La majorité des cas n'ont pas été hospitalisés. Mais ailleurs, en Occitanie, cela pourrait vite basculer comme l'explique le directeur de l'Agence régionale de Santé, Pierre Ricordeau.

"Le taux d'incidence à dépassé 300. Comme on sait qu'il y a 15 jours de décalage entre la contamination et une hospitalisation pour formes graves, on peut très inquiets sur les prochains jours quant au flux des hospitalisations"

Reste à espérer que la vaccination freine la reprise des admissions. Bruno Megarbane, chef du service de réanimation à l'hôpital Lariboisière, à Paris, l'espère.

"Si cette reprise survenait maintenant, l'hôpital serait en très grande difficulté car nous avons beaucoup de personnels en vacances et même des lits fermés."

Dans son hôpital, 5 patients étaient en réanimation dimanche contre un seul en début de semaine dernière. Tous, non vaccinés.

Martin Cadoret (avec J.A)