RMC

"Dedans avec les miens, dehors les clandestins": le nouveau slogan du gouvernement détourné par certains députés

Même au sein de la majorité, les députés ont du mal avec le slogan du gouvernement: "Dedans avec les miens, dehors en citoyens".

Pour lutter contre le Covid-19, le gouvernement à un nouveau slogan que vous avez tous très facilement retenu: "Dedans avec les miens, dehors en citoyens". Et selon Le Parisien, c’est Jean Castex en personne qui a pris sa plus belle plume pour imaginer ce slogan. Mais on a surtout pu constater mardi à l’Assemblée nationale, les députés ont un peu de mal à l’assimiler.

Y compris au sein de la majorité, avec des députés qui sont pourtant sensés montrer l’exemple. Et ce n'est pas franchement une réussite quand on écoute le député LREM Bruno Bonnel qui avoue ne pas le connaître encore parfaitement. Et forcément, si la majorité a du mal, vous imaginez bien que l’opposition s’en est donné à cœur joie sur ce nouveau slogan: "Après le confinement déconfiné, il y a le slogan compliqué. J'invite tout le monde à le répéter très vite, parce que ça va être assez compliqué", se moque Eric Coquerel le député de La France Insoumise. "C'est a peu près aussi clair que les consignes", juge le député PS Boris Vallaud.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19 : les personnes positives à l'arrivée dans les aéroports parisiens pourront être isolées

"Dedans avec les miens, dehors les clandestins"

"Qu'est ce qui a trouvé ça ? C'est Castex? Ils se sont mis à combien pour trouver un slogan aussi ridicule? Dedans avec les miens quoi faire? Tout ça est incompréhensible, c'est stupide", a pesté de son côté très énervé Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France Insoumise".

Enfin, la réaction la plus politicienne est surement celle du député Rassemblement national Sébastien Chenu: "Je préfère, 'Dedans avec les miens, dehors les clandestins'. Pour le reste, c'est totalement ringard, on attend plus que le numéro vert", a-t-il lâché. Même quand on parle de l’épidémie, il parvient à tout ramener à l’immigration. Ca ressemble à une petite obsession...

Charles Magnien