RMC

Macron veut vacciner "matin, midi et soir": "Ça fait des mois qu’on est prêts, mais où sont les doses?", déplore une infirmière

TEMOIGNAGE RMC - L'épidémie ne prend pas de vacances alors Emmanuel Macron veut vacciner à tour de bras, "matin, midi et soir", week-ends et jours fériés inclus. Pas de problème pour le personnel soignant qui aimerait pourvoir vacciner mais ne peut le faire en raison de l'absence de doses.

"Il n'y pas de week-end et de jours fériés pour la vaccination", a annoncé mardi le président de la République en visite dans un centre de vaccination de Valenciennes dans le Nord. Emmanuel Macron en a profité pour appeler à vacciner "matin, midi et soir", alors que la campagne de vaccination patine en France et que l'épidémie continue de progresser.

Vacciner à tour de bras, les soignants sont prêts à le faire, mais ils aimeraient recevoir plus de doses alors que la livraison des sérums de Pfizer, Moderna et AstraZeneca connaît des périodes de ralentissement:

"Je bous! Vacciner matin midi et soir, ça fait des mois qu’on est prêts à faire ça mais où sont les doses? Dans notre canton on a monté un drive de tests PCR en plus de nos jours de travail donc sur nos jours de repos pour tester massivement les gens. On teste, on teste mais on ne vaccine pas", déplore ce mercredi sur RMC Sarah, infirmière dans les Deux-Sèvres.

"Pour notre canton très rural, où il y a des personnes très âgées, des grabataires qui sortent peu de chez eux, pour qui réserver par mail ou même par téléphone est dur, on a on a reçu 350 doses. Les rendez-vous ont été épuisés en 40 minutes", ajoute-t-elle.

"Impossible de prendre rendez-vous"

>> A LIRE AUSSI - L'épidémie continue de progresser: vers de nouvelles mesures restrictives?

Et même lorsqu'on est prioritaire car soignant, il est parfois difficile de se faire vacciner déplore Matthieu, ambulancier à Brest: "Je suis prioritaire mais je ne suis pas vacciné. Impossible de prendre rendez-vous, il n’y a pas de places même sur les listes d’attente en ligne. Pourquoi, je ne sais pas. A Brest c’est impossible même si on est prioritaire".

"Le personnel soignant de l’hôpital est vacciné, mais nous, nous appartenons à des sociétés privées et nous sommes passés au travers", ajoute l'ambulancier.

Lundi, 6.370.705 de personnes avaient reçu une première dose d'un des trois vaccins autorisé en France. Parmi elles, 2.463.973 ont reçu une seconde dose. Mardi, le président de la République, après avoir appelé à vacciner à tour de bras, a ouvert l'administration du sérum aux plus de 70 ans dès ce week-end et a assuré que les enseignants pourraient être vaccinés dès la mi-avril.

>> A LIRE AUSSI - Ouverture de la vaccination au 70-75 ans: comment ça marche?

G.D.