RMC

"Dry January": passer le mois de janvier sans alcool, à quoi ça sert?

Et si on passait janvier sans boire un goutte d'alcool ? Des chercheurs britanniques ont prouvé que ce serait bénéfique pour la santé et que ça permettait de moins boire durant toute l'année.

Allez vous tenter le "Dry january" ("Janvier sec", en Français). Plus d'alcool pendant le mois de janvier: c'est un défi qui nous vient de Grande-Bretagne où, depuis 2013, les gens tentent de ne pas boire une goutte d'alcool pour lancer la nouvelle année.

Un break qui serait très bénéfique pour la santé, aussi bien à court terme, pour sa peau, son poids et son sommeil qu'à long terme. C'est une étude menée par des scientifiques de l'université du Sussex en Angleterre qui le démontre. Elle prouve que les challengers en ont profité pour limiter leur consommation d'alcool le reste de l'année.

Autres effets bénéfiques, sur les 1.700 challengers de ce défi sans alcool en 2018, suivies par ces chercheurs, 71 % ont amélioré la qualité de leur sommeil, 67 % ont gagné en énergie et 57 % en concentration. Et à court terme, 58 % ont perdu du poids et 54 % déclarent avoir une meilleure peau ! De quoi encourager ceux qui s'y mettent.

Par exemple, Carole et Arnaud ont pris conscience que l’alcool faisait un peu trop parti de leur quotidien et ont décidé de se lancer.

"En rentrant de vacances on s'est dit qu'il fallait quand même se calmer un peu. Midi et soir c'était alcool, calva... C'était devenu systématique. On a pris de mauvaises habitudes. Du coup on tente, on verra bien. Des gens ne boivent absolument d'alcool et ça n'a pas l'air de leur poser de soucis."

C’est la campagne britannique du "Dry january" qui leur a donné l’idée d'arrêter. Sur un ton humoristique elle met en avant que lorsqu’on boit trop d’alcool on a des flatulences, on rote on prend du poids et on a une vilaine peau ! Une très bonne campagne de sensibilisation pour Michel Reynaud président du fond action addiction.

"C'est une stratégie extrêmement intelligente qui laisse à penser que l'alcool n'est pas indispensable. Qu'on peut s'en passer. Il est très difficile de ne pas boire. Quand on ne boit pas soit on est un ancien alcoolique, une femme enceinte ou un pisse-froid. Ca permet de valoriser un arrêt de consommations donc c'est vraiment bien.

L’étude anglaise a démontré que presque la moitié des participants qui ont participé au "Dry january" avaient réduit leur consommation d’alcool durablement après l’expérience.

Romain Poisot (avec J.A.)