RMC

"Dupin Quotidien": le froid, c'est bon pour la santé!

Contrairement à ce que l'on peut croire, les températures négatives est une bonne nouvelle pour l'organisme. Marie Dupin vous explique pourquoi.

C'est la première semaine de froid en France. Les températures ont vraiment commencé à plonger. La nuit la plus froide est attendue jeudi avec des températures de 2 à 7 degrés en dessous des normales de saison. Et contrairement à ce qu'on pourrait croire le froid est un allié précieux pour la santé. 

Le froid a en effet de nombreuses vertus pour la santé. D'abord, il chasse le rhume qui s'attrape parce qu'on est contaminé. Or, quand les températures sont négatives, l'activité des virus et des bactéries est limitée. Pareil pour les allergènes. Certains allergologues conseillent même de passer les peluches des enfants au congélateur pour lutter contre les acariens qui ne survivent pas à -15 °C. Le problème, quand il fait froid, c'est que l'on va avoir une concentration de la population dans des espaces confinés et peu ventilés et... c'est là qu'on tombe malade.

Bon pour le moral, anti-douleur, régime... 

Qui dit froid dit conditions anticycloniques, et donc ciel bleu et lumière. Or, la lumière a un effet antidépresseur, car elle agit sur la sécrétion de mélatonine, de sérotonine et de dopamine régulatrices de l'humeur. En Finlande, les scientifiques préconisent ainsi de prendre des bains d'eau glacée pour stimuler sa bonne humeur.

Autre bénéfice: l'action antalgique du froid est bien connue. Le froid "endort" les nerfs sensitifs et stimule la production d'endorphine, et il soulage les douleurs musculaires comme les déchirures et les tendinites et les douleurs articulaires comme les entorses. 

Le froid serait également une arme pour... brûler des calories? C'est du moins ce qu'avancent des chercheurs de l'université de Maastricht, qui ont publié une étude dans la revue américaine Cell. Ils ont montré que l'exposition à un froid modéré, plusieurs heures par jour, est bénéfique quand on fait un régime. En fait quand la température est à 18°C au lieu d'être à 20°C, le corps doit fournir plus d'énergie pour maintenir sa température à 37°C et on va donc dépenser plus de calories.

Quand il fait très froid, on constate quand même une augmentation des pathologies cardiovasculaires. Conséquence quasi-mécanique puisque quand il fait froid, les vaisseaux sanguins se contractent pour limiter les pertes de chaleur de l'organisme et ça met le coeur à rude épreuve. L'alimentation moins saine, avec une diminution de l'activité physique en hiver, peut aussi expliquer cette recrudescence de maladies cardiovasculaires.

Marie Dupin