RMC

"Dupin Quotidien": les compléments alimentaires sont-ils efficaces?

Nous changeons de saison, c'est donc le moment de prendre des compléments alimentaires pour mieux supporter l'arrivée de l'hiver. Du moins, c'est ce qu'on entend. Mais ils ne sont pas si bons pour notre santé.

Qui n’a pas déjà pris de la vitamine C pour se redonner un peu d’énergie, des plantes pour atténuer le stress ou mieux dormir? L'association 60 Millions de consommateurs en a analysé 120 différents dans son enquête à paraître ce jeudi. Résultat: sur 120, 110 sont à éviter ou à proscrire car ils contiennent des substances dangereuses et les recommandations sont très insuffisantes.

Le problème, c'est que nous sommes de gros consommateurs de ces compléments alimentaires en France. Nous en avons acheté 150 millions de boîtes l'an dernier, le marché pèse près de 2 milliards d’euros. Un Français sur deux en a pris au moins une fois l’an dernier.

Pourtant, ces compléments donnent confiance

Ils ne sont pas considérés comme des médicaments, même si la plupart du temps, on va les acheter en pharmacie. Du coup, les industriels en profitent d’après l’enquête. Ils n’ont aucune obligation de résultats. Eux seuls doivent certifier que leur complément est sans danger et conforme.

Du coup, ils nous vendent des produits chers, entre 3 et 35 euros la boîte, pour des cures de 10 jours à 3 mois. Et nous n’avons presque aucune information concernant les propriétés des substances qu’ils contiennent.

Ils jouent sur le côté nature, avec des mentions comme "100% d’origine végétale", des labels bio ou Ecocert. La plupart des compléments contre la fatigue sont bourrés d’additifs, de produits stimulants aussi comme la caféine, la taurine, et même d’alcool et de nanoparticules.

Des risques pour la santé

Du dioxyde de titane dans des compléments pour aider à dormir alors qu’il sera interdit dès janvier prochain car soupçonné d’être dangereux. La bétacarotène pour l’effet bonne mine peut à long terme augmenter les effets cancérogènes du tabac chez les fumeurs.

Les huiles essentielles de lavande et d’arbre à thé sont suspectées d’être des perturbateurs endocriniens pour les jeunes garçons. Et puis la surdose de vitamines A, E ou D est dangereuse pour les femmes enceintes. La meilleure solution reste de revoir son alimentation, rien ne remplace les fruits et légumes.

Anaïs Bouitcha