RMC

"Dupin Quotidien": pour la première fois en 25 ans, la consommation de vin a reculé aux Etats-Unis en volume en 2019

La génération appelée, les "Millenials" est moins consommateurs de vin que la précédente. Il n'y a d'ailleurs pas que le vin qui souffre de cette tendance, mais aussi la bière.

Les Américains qui sont les plus gros consommateurs au niveau mondial ont acheté et donc bu moins de vin l’an dernier. C'est une première depuis 1994. Une baisse de 0,9% en volume. Et comment ça s'explique ? 

Tout simplement parce que les nouvelles générations, ceux qu'on appelle les "Millenials", ceux qui sont nés entre le début des années 80 et la fin des années 90 ne sont pas de gros buveurs de vin contrairement aux baby-boomers qui avaient beaucoup stimulé la demande en Amérique. 

Qu'est-ce qu'on boit à la place du vin ? 

Moins de vin donc, mais beaucoup plus de boissons sans alcool ou à faible teneur en alcool, avec un gros succès pour les "hard seltzer". De l'eau gazeuse aromatisée aux fruits et légèrement alcoolisée, avec un indice d'alcool de 4 à 6%. Ça cartonne vraiment aux Etats-Unis où le marché représente déjà la somme de 550 millions de dollars. 

Et d'ailleurs, il n’y a pas que le vin qui en souffre. La bière et le cidre sont aussi en recul. Finalement le seul alcool "traditionnel" qui tire son épingle du jeu, c'est le champagne avec une hausse de 4%. 

Est-ce que c'est une tendance mondiale ?

Très clairement, on boit moins de vin aujourd'hui. Il faut savoir que seulement cinq pays représentent la moitié de la consommation mondiale, les Etats Unis donc, mais aussi la France bien sûr, l'Italie, l'Allemagne et la Chine. 

Pour la France, on n'a pas encore les chiffres pour l'année dernière, mais si on regarde les statistiques depuis 1999 la consommation de vin baisse régulièrement. On est passé de plus de 32.000 hectolitres vendus dans les années à 2000 à 27.000 hectolitres par an.

Marie Dupin