RMC

Epreuves de spécialité du Bac 2021 annulées: "Le contrôle continu, c’est beaucoup plus injuste qu’un contrôle national"

Ces épreuves représentent un tiers de la note finale de la nouvelle formule du baccalauréat. Elles seront remplacées par la moyenne obtenue sur les trois trimestres de terminale dans les matières concernées.

Il y aura à nouveau du contrôle continu dans l'édition 2021 du Baccalauréat. Le Ministre de l'Éducation Nationale a adressé jeudi soir un courrier aux professeurs de lycées, chefs d'établissements et recteurs. Jean-Michel Blanquer y annonce sa décision d'annuler les épreuves de spécialité du bac 2021, initialement prévues en mars prochain, et explique devoir "tenir compte des effets de la crise sanitaire".

22 heures, Gaspard révise, studieux dans sa chambre. Quand il apprend la nouvelle. “Ca a été la surprise puis le soulagement”, indique-t-il. 

>> A LIRE AUSSI - "Je suis un peu inquiet pour le bac": les élèves de terminale peuvent revenir en classe pour éviter le décrochage scolaire

Pour ce lycéen, pas d'épreuve du bac en mars. C'est le contrôle continu qui fera foi. 

“Je sais que ça ne va pas trop m’impacter. J’ai de la chance parce que j’ai des bons professeurs qui notent généreusement. J’aime bien ces matières, donc oui, je bosse bien”, assure le jeune homme. 

Un manque d'égalité?

Mais ce n’est pas le cas de tous les élèves. Pour Mathieu Devlaminck, président de l'Union Nationale Lycéenne, c'est l'égalité des chances même qui est menacée. 

“Un diplôme obtenu avec un 15 au contrôle continu de “Trifouille les oies”, ne sera pas la même note qu’un 15 obtenu au lycée Henri IV. Le contrôle continu, c’est beaucoup plus injuste qu’un contrôle national où tout le monde est dans le même contexte”, détaille-t-il. 

Jean-Rémi Girard est président du SNALC, un syndicat d’enseignants. Pour lui, l'annulation des épreuves dans deux mois était inévitable. “Le but du jeu c’est qu’un élève ne se retrouve pas avec des notes qui ne correspondent pas à leur niveau réel parce qu’ils ont eu moins d’heures d’enseignement quand le professeur a eu le Covid et n’a pas été remplacé pendant un mois”, assure-t-il. 

Les épreuves de juin sont en revanche maintenues à ce stade. Les terminales attaqueront par la philosophie le 17 juin prochain. 

Maryline Ottmann avec Guillaume Descours