RMC

Fin de la gratuité des tests Covid: les pharmaciens craignent des tensions

A partir du 15 octobre, les tests ne seront plus remboursés. Certaines pharmacies vont arrêter de proposer des tests antigéniques mais d'autres continueront et craignent des tensions avec les usagers.

Les Françaises et les Français en ont consommé 3.5 millions la semaine dernière. Mais le chiffre risque de s'écrouler. Les tests de dépistage Covid-19 ne seront plus remboursés à partir du 15 octobre. Et on connait désormais leur futur prix : les tests PCR coûteront 44 euros, les antigéniques 22 euros s'ils sont fait en laboratoire et 25 euros s'ils sont fait en pharmacie.

Les pharmaciens s'attendent donc à une forte chute des tests de dépistage et pensent déjà à se réorganiser. Stéphane Augé, pharmacien à Paris ne se fait pas d'illusion. Le nombre de tests devrait s'effondrer. Il va donc falloir repenser toute son organisation. Mais son barnum, installé depuis près d'un an devant sa pharmacie ne bougera pas: 

"Le but c’est d’avoir la prévention maximum. Même si on n’en fait que 5-6-7-8-10, peu importe, ce n’est pas ça le plus important".

Crainte de tensions

Pas d'arrêt des dépistages donc. Mais d'autres le reconnaissent, s'ils n'ont plus que quelques tests par jour, ils retireront leurs barnums. Pas d'inquiétude à avoir cependant, assure Jérôme Escojido, cofondateur d'un réseau de 160 pharmacies en France:

"Aujourd’hui on est sûrs que chaque Français qui le voudra, pourra se faire tester. Peut-être que ce ne sera pas dans la pharmacie juste à côté mais surement pas loin de chez lui il y aura des pharmacies qui en feront et il aura de la place rapidement".

Ce que les professionnels appréhendent, surtout, c'est la réaction des patients face au déremboursement: "Il y aura un peu de tension au début. Il va y a voir beaucoup de pédagogie à employer", anticipe Jérôme Escojido. 

Lui demandera à ses équipes de bien expliquer les conditions de prise en charge avant d'effectuer le test. Pour éviter tout malentendu. Les tests resteront gratuits pour tous les cas contacts signalés par l’assurance maladie.

>> A LIRE AUSSI - Vaccin contre le Covid-19: qui est désormais concerné par la 3ème dose?

Marie Régnier (avec Guillaume Dussourt)