RMC

Gestion de la crise Covid-19: "Il y a une grande peur du côté du gouvernement" assure le Pr. Froguel

DOCUMENT RMC - Selon lui, le gouvernement ne prend pas les bonnes décisions de peur de faire une bêtise dans cette lutte contre le virus.

La France aurait-elle dû se reconfiner? Jeudi lors de sa conférence de presse, le Premier ministre, Jean Castex a confirmé que le nombre de cas de covid et avait même plutôt tendance à augmenter. En parallèle, deux foyers de contaminations au variant anglais du virus ont été découverts un en Île-de-France et un autre en Bretagne. 

Pour autant, le gouvernement a fait le choix de ne pas reconfiner la population. Certaines mesures ont été prolongées comme la fermeture des bars et des restaurants ainsi que pour les établissements culturels. Le couvre-feu avancé a été maintenu dans certains départements et d’autres pourraient prochainement s’ajouter à cette liste. 

Mais fallait-il reconfiner? Pour le Professeur Philippe Froguel, généticien au CHU de Lille, “la mesure de confinement, c’est quand on n’a rien d’autre à faire. Deux fois, on nous l’a dit deux jours avant, c’était affreux”. 

Dans sa région, à Roubaix très exactement, va avoir lieu une campagne massive de dépistage. 

“On veut savoir où on en est dans une région très urbaine où on en est après les fêtes. On a l’impression que c’est en train de monter doucement. Mais en testant massivement, on va pouvoir donner la proportion de personne porteuse du virus et comme on va séquencer, on va savoir quel type de virus circule”, explique-t-il. 

Il regrette que pour l’instant depuis le début de la crise, “on n’a pas été capable en France de mettre en place une stratégie d’isolement efficace”. 

Un gouvernement paralysé par la peur

Selon le médecin, le gouvernement est trop dans le une mesure, puis une autre. “Si on estime que ces testings de masse vont stopper le virus, on se trompe. Ou alors il faudrait que comme en Chine 90% de la population participe et qu’ensuite, on s’isole sinon on va en prison. En France, on veut faire un truc parfait, mais il n’y a pas un truc parfait pour ce virus. Il faut en faire dix imparfaites et là, on aura une chance d’avoir un résultat un petit peu meilleur”, affirme-t-il. 

Il n’hésite pas à affirmer que le gouvernement est paralysé par la peur. 

“On a une administration qui croit qu’il y a une mesure qu’il faut faire parfaitement et il y a une grande peur du côté du gouvernement. J’ai beaucoup de contact avec eux et j’ai l’impression qu’ils ont peur de faire une bêtise. Et quand vous avez peur, vous n’êtes pas courageux et vous ne faites pas grand chose. La peur du juge est le principal frein pour nos ministres et gouvernants”, assure-t-il. 

En plus des 15 départements déjà soumis depuis samedi à un couvre-feu plus strict dès 18h, 10 nouveaux départements pourraient eux aussi être concernés par cette mesure dans les prochains jours.

Guillaume Descours