RMC

Grève dans les laboratoires: la galère des patients qui ont besoin d'analyses

Près de 95% des biologistes sont en grève depuis lundi dans les laboratoires. Une grève qui doit durer jusqu'à jeudi, mais qui pourrait être reconduite. Pour les patients en attente d'analyses, cette grève est parfois problématique.

Mouvement de grève très suivi dans les laboratoires d'analyses médicales. 95 % des biologistes étaient en grève ce lundi pour dénoncer la baisse des tarifs des actes d'analyses médicales.

Une mesure qui menacerait "au moins 10% des sites et les emplois associés" selon le Syndicat des laboratoires de biologie clinique. Faux, répond le ministre des Comptes publics pour qui les laboratoires ont les moyens de payer. Selon Gabriel Attal, la rentabilité du secteur est "passée de 18% à 30%" à la faveur de la crise sanitaire.

En attendant, c'est la galère pour les patients qui veulent réaliser des analyses. Devant la porte fermée du laboratoire, une affiche annonce la grève jusqu'au 16 novembre inclus. Henri doit faire une prise de sang pour commencer sa chimiothérapie.

“Je ne sais pas si je vais pouvoir commencer mon traitement que j’attends depuis quand même un mois et demi. Donc c’est plus qu’embêtant”, indique-t-il.

Henri appelle le numéro indiqué sur l'affiche et tombe sur un répondeur. George, rencontré devant un autre labo, se retrouve aussi face à une porte fermée. Il se fait tester pour subir une opération du genou. “On ne vient pas dans les laboratoires de gaieté de cœur”, regrette-t-il.

Conserver une "biologie de proximité"

Et les médecins-biologistes ne font pas grève de gaieté de cœur non plus. Lionel Barrand est le président du syndicat national Les Biologistes Médicaux. Derrière ces économies, des centres sont menacés.

“C’est au moins 1.000 laboratoires en France qui sont menacés de fermeture avec licenciement du personnel. Nous, ce qu’on essaye de faire, c’est pour que le système continue de fonctionner demain pour tous les patients. Et on a besoin de leur aide pour conserver cette biologie de proximité”, pointe-t-il.

Les professionnels grévistes attendent une main tendue d'Emmanuel Macron. Et assurent qu'ils ne reculeront devant rien pour défendre le modèle de la biologie et de la médecine de proximité.

Alfred Aurenche et Cassandre Braud avec Guillaume Descours