RMC

Horaires à rallonge, bas salaires: l'Établissement français du sang en péril

Les conditions de travail se dégradent, les professionnels quittent le métier et les collectes s'annulent. Conséquence de ce cercle vicieux, des pénuries sont à craindre.

Le personnel de l'Etablissement français du sang (EFS) est en grève cette semaine. Plusieurs syndicats appellent à la grève depuis mardi et jusqu'à samedi, pour protester contre le manque de personnel et la politique salariale. Ils demandent notamment des revalorisations salariales et la fin des suppressions d’effectifs.

Les salariés de l'EFS n'ont pas été concernés par les hausses de salaire prévues par le Ségur de la santé (180 euros net mensuels). Ce qui réduit l'attractivité des postes et a créé un appel d'air vers le secteur hospitalier par exemple selon les syndicats.

"On manque de sang mais on ferme la porte"

Bas salaires, horaires à rallonge, la profession a du mal à recruter et des collectes doivent être annulées, ce qui fait planer un risque de pénuries de poches de sang: "C'est 300 postes qui ne sont pas pourvus", assure à RMC Benoît Lemercier, délégué général de la CFDT.

"Ça entraîne des dégradations des conditions de travail mais aussi des annulations de centaines de collectes tous les mois parfois du jour au lendemain. Les effectifs sont tellement justes que dès qu'il manque une personne, il faut tout annuler. Fin septembre on n'avait jamais vu des stocks de sang aussi bas. On manque de sang mais on ferme la porte, c'est incompréhensible", ajoute-t-il.

>> A LIRE AUSSI - "Dès qu'on ouvre la porte, le danger peut rentrer": les voisins d'un élevage d'agneaux envahis depuis 5 ans par des nuées de mouches

La rédaction de RMC