RMC

"Il est particulièrement démoralisé": familles et soignants s'inquiètent pour les seniors confinés en Ehpad

Les visites se font rares pour les seniors et le moral n'est pas au plus haut durant cette pandémie de coronavirus.

Premier week-end de déconfinement en France, sauf pour les personnes âgées résident en Ehpad. Edouard Philippe a annoncé le dimanche 19 avril que les visites seraient progressivement autorisées dans les Ehpad après 6 semaines d'isolement absolu.

Mais dans les faits, ce droit de visite n'est pas appliqué partout de la même manière. Les visites se font rares pour les familles. Elles s'impatientent en voyant l'état de santé de leurs proches se détériorer.

"Il est vraiment triste"

Avec une seule visite depuis début mars, Claude, 80 ans, est confiné dans sa chambre de 12 m2 d'un Ehpad, près de Montélimar. Sa fille Annette constate que son état se dégrade de jour en jour.

"Il est bien moins alerte qu'il ne l'était avant. Je trouve qu'en deux mois il y a eu vraiment de la dégradation. Il est vraiment triste, ce n'est pas joyeux de vivre en Ehpad, mais là il est quand même particulièrement démoralisé. Il se demande quand ça va se terminer et même si ça va se terminer un jour." 

Les perspectives sont toutes aussi incertaines pour les directions. Eric Jullian gère trois Ehpad dans la Somme. Les visites s'organisent peu à peu pour certains résidents. Mais impossible de les rétablir normalement. Cet isolement lui fait craindre le pire pour la santé de ses résidents.

"Ca pèse énormément sur leur moral. Le syndrome du glissement implique de se laisser aller et de mourir plus vite que prévu."

Plusieurs résidents refusent déjà de s'alimenter ou de se lever. De quoi redouter que ce syndrome de glissement entraine une surmortalité dans ses établissements dès cet été.

Caroline Philippe (avec J.A.)