RMC

"Il n’y a plus de vocation de la part de la jeunesse": les personnels d'Ehpad dans la rue ce mardi

Les directeurs d'Ehpad déplorent le manque de vocation des jeunes, évoquant des difficultés à recruter.

Plus de moyens pour s'occuper des personnes âgées. C'est que ce que les personnels des Ehpad et des salariés de l'aide à la vieillesse demandent ce mardi sous les fenêtres du ministère de la Santé à Paris, et devant des Ehpad partout en France.

Toute la journée, du matin au soir, Mélanie s'occupe de 12 résidents atteints de la maladie d'Alzheimer. Alors pour les repas ou la toilette, cette aide-soignante doit faire appel à une collègue d'un autre service. Le temps vient souvent à manquer: "Il y a de matinées où à midi c’est encore la course parce qu’on s’adapte aux patients et chaque jour est différent", explique-t-elle au micro de RMC.

"Aidez-nous à changer les mentalités du grand public"

Pour gérer les 108 résidents de l'Ehpad Vilanova de Corbas, il faut donc jongler avec les plannings des salariés notamment au moment des fêtes : "Avec leur turn-over on est pas surs de répondre aux demandes de tout le monde", explique Véronique Robert cadre de santé, qui demande aux employés de choisir entre Noël et le jour de l’an.

L'établissement a ouvert il y a 2 ans, le budget est conséquent, 4 millions d'euros par an, mais cela ne suffit pas pour recruter : "Il n’y a plus de vocation de la part de la jeunesse par rapport aux Ehpad. Aidez-nous à changer les mentalités du grand public, rendez-nous le mérite au niveau du personnel", appelle Valérie Martin, directrice de l’Ehpad Vilanova de Corbas.

Mais pas de préavis de grève aujourd'hui dans cette maison de retraite. Pas le temps et pas l'argent : le salaire moyen du personnel médical n'est que de 1500 euros net par mois.

Gwenaël Windrestin (avec G.D.)