RMC

"Il ne faudrait pas que le coronavirus renforce l'isolement des plus démunis": l'inquiétude du président des Restos du Cœur

Ce vendredi débute la grande collecte annuelle des Restos du cœur qui durera jusqu'à dimanche. Mais la crise du coronavirus inquiète les organisateurs, qui craignent une baisse des dons.

La collecte annuelle des Restos du cœur aura bien lieu dans toute la France... ou presque. Les collectes ont été annulées dans les foyers d'épidémie du coronavirus: Oise, Morbihan, Haute-Savoie et le Haut-Rhin.

Malgré les près de 80.000 bénévoles mobilisés, des mesures ont été prises "pour les bénévoles les plus fragiles", explique Patrice Blanc, président des Restos du cœur et invité de la matinale de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi.

"On leur a conseillé de ne pas venir. Leur santé passe en premier. Et puis dans tous les points collectes, en lien avec les magasins, on a mis en place des dispositions comme du gel hydroalcoolique ou du savon ». Les bénévoles ont aussi pour consigne de ne pas serrer de mains.

"Je suis un peu égoïste"

Une cinquantaine de magasins sur les 7.000 qui participent ont aussi dû abandonner l'opération faute d'approvisionnement. Ces derniers jours, certains rayons de pâtes, riz ou de boites de conserves ont été dévalisés par des consommateurs soucieux de faire des réserves.

Alors, les bénévoles des Restos du cœur tentent de convaincre les clients de faire des dons de produits. Car certains sont inquiets et préfèrent faire leurs propres réserves. Nadia a pris de quoi tenir les 15 prochains jours: "Habituellement j’achète pour eux mais là, je pense aussi un peu à moi. Je suis un peu égoïste. Je ne suis pas sereine donc je me dis que peut-être à un moment, les gens vont se précipiter pour acheter les mêmes choses que moi".

"Si les gens sont là, il faut qu’on soit là"

Malgré tout, Lucienne bénévole depuis 5 ans, reste optimiste: "Je n’ai pas hésité une seule seconde. Ce serait dommage de ne pas faire la collecte par crainte alors que jusqu’à présent, il n’y a pas de soucis. Si les gens sont là, il faut qu’on soit là".

9.000 tonnes de produits récoltés en 2019. Patrice Blanc président des Restos du cœur sait déjà que les chiffres risquent d'être moins bons cette année

"Il ne faudrait pas que le coronavirus renforce l’isolement des plus démunis (…) Dans les départements où on a bloqué la collecte, il faudra en refaire une plus tard dans l’année. Mais là où la collecte a lieu, on encourage les donateurs à être généreux". 
Garance Muñoz (avec C.P.)