RMC

"Il ne me reste rien à la fin du mois": ces patrons sont prêts à augmenter les salaires

Le pouvoir d'achat prend un coup avec l'augmentation des prix de l'énergie. Certains patrons peuvent se permettre d'augmenter les salaires de leurs employés, d'autres non.

L'économie repart-elle de plus belle? La croissance est attendue à la hausse à plus de 6% cette année d'un côté, mais l'inflation est également prévue à +2.2% avec une explosion des couts de l'énergie de l'autre. Ce serait donc le moment de demander une augmentation de salaire ! 

Selon les experts, l'année 2022 devrait être marquée par une hausse généralisée des salaires (+1,8% selon une étude du cabinet Deloitte). Certains secteurs comme la comptabilité, le juridique et les développeurs devraient plus particulièrement en bénéficier.

Un sujet également politique, à 6 mois de l'élection présidentielle presque tous les candidats appellent les entreprises à jouer le jeu tout comme le gouvernement.

Mais du côté des chefs d’entreprise ont a parfois du mal à accorder des augmentations de salaire, souvent à cause d’incertitudes économiques. 18 ans que Christophe est ambulancier. Mais depuis quelques mois, son salaire de 1.800 euros ne suffit plus.

"Il fond comme neige au soleil depuis les augmentations successives d'EDF, du diesel... Il ne me reste rien à la fin du mois".

"On aimerait les augmenter, dans des proportions plus limitées que ce qu'on aurait souhaité"

Alors ce père de famille saute le pas. Il toque à la porte de sa patronne et demande une augmentation.

"On m'a clairement dit non. Ma patronne a été claire avec moi, elle m'a dit que les revenus des sociétés d'ambulances et avec les charges c'était impossible d'augmenter les salaires."

Augmenter les salaires de ses 17 employés dans le bâtiment fait justement partie des projets de Bruno. Mais ce chef d’entreprise se heurte à la flambée du prix des matières premières qu’il utilise. Sa trésorerie en pâtit.

"C'est pas facile. On aimerait les augmenter, dans des proportions plus limitées que ce qu'on aurait souhaité. Si après, les choses se détendent un petit peu, on pourra avoir des augmentations plus significatives qui colleront davantage au pouvoir d'achat nécessaire."

Certains peuvent jouer le jeu. Dans la restauration par exemple. Depuis la rentrée, Ryan a une belle surprise chaque mois sur sa fiche de paie. "J'étais au SMIC, 1.300 à peu près. Je dois être à 1.550, je mets bien de côté pour me permettre de faire des projets pour plus tard, un appartement ou autre."

"Proposer des salaires un peu meilleurs que mes concurrents si je veux les attirer"

Son patron, c’est David. Il vient d’augmenter certains de ses salariés jusqu’à 20% de plus.

"L'idée est venue simplement de la reprise d'activité après le Covid-19. Il fallait à la fois trouver du personnel compétent et répondre à la demande qui devient énorme de la part de la clientèle car les établissement ont bien repris.
C'est compliqué d'avoir des gens formés, donc le seul et unique moyen, c'est de proposer des salaires un peu meilleurs que mes concurrents si je veux les attirer."

Ca patron estime aussi qu’une baisse des charges salariales de la part de l’Etat serait un bon coup de pouce pour pouvoir mieux rémunérer les salariés.

Maryline Ottmann (avec J.A.)