RMC

Il va falloir être très vigilant quant à la provenance de ces masques grand public

Il s'inquiète que les masques grand public importés soient vendus au même prix que les masques grand public produits en France.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, doit dévoiler à 14 heures ce mardi, le plan détaillé de déconfinement qui débutera le 11 mai en France. Parmi les annonces attendues, celle sur l’obligation du port du masque dans les transports en commun. Si celle-ci est bien imposée par le gouvernement, la vente de masque risque bien d’exploser. 

Fin avril, la France devrait ainsi disposer de plus de 26 millions de masques “grand public”, a indiqué la Secrétaire d’Etat, Agnès Pannier-Runacher. La moitié devrait être produite en France et le reste importé. Mais y aura-t-il une différence sur les prix de vente ? 

“Il faut beaucoup de transparence sur ces masques grand public qui arrivent sur le marché pour le déconfinement du 11 mai. Il va falloir être très vigilant qu’en à la provenance de ces masques. Le drapeau ou la cocarde tricolore n'est pas forcément un indice de la qualité malheureusement. Que des masques textiles soit importé par l’Etat dans de bonnes conditions bien sûr, que des masques textiles soient importés par des entreprises et vendus au prix d’un produit fabriqué en France, il va falloir être très vigilants”, estime Gilles Attaf, président des Forces françaises de l’industrie. 

Il précise par ailleurs, que le gouvernement a sorti des logos montrer quels sont les masques qui sont grand public. “Ils attestent de la qualité du masque et le nombre de lavages, mais le “bleu blanc rouge” du masque ne garantit pas une fabrication française”, indique-t-il. 

Guillaume Descours