RMC

"Il y a un rapport à l'alcool qui est devenu un peu malsain": des Français veulent profiter du "Dry January" pour reprendre le contrôle

Près de 10% des adultes consomment quotidiennement de l'alcool en moyenne en France.

C'est la troisième année que des volontaires se lancent en France dans le "Dry January", soit "janvier sans alcool" en Français. Une cause soutenue par des associations de santé publique.

Un peu avant minuit le 31 décembre, Corentin prend une résolution, il fera le dry january. Pas de grosse addiction, seulement une envie de tenter le défi.

“Je me pose parfois la question de ma consommation, de mon rapport à l’alcool. C’est purement sur l’idée de mener une expérience sociale pour voir comment les autres me considèrent et comment moi, je réagis vis-à-vis de mes habitudes et quel impact ça a sur mon corps”, explique-t-il.

D'autres souffrent vraiment d'alcoolisme, comme Cécile, que le premier confinement a fait sombrer. “J’ai commencé à boire un peu plus régulièrement, et même quotidiennement. Il y a un rapport qui est devenu un peu malsain. Là, je commence à avoir des pertes de mémoire qui sont assez incroyables donc c’est ça qui me fait surtout peur”, assure-t-elle.

>> A LIRE AUSSI - Un Français sur quatre boit trop d'alcool: à partir de quand dépasse-t-on les limites?

Un autre objectif, économiser de l'argent

Ce mois est donc l'occasion de rebondir. “J’ai confiance. Le but pour moi, c’est de réduire ma consommation à l’année”, ajoute-t-elle.

Car ne pas boire pendant un mois permet de comprendre ce qui pousse à la consommation, explique Emmanuel Ricard, délégué à la prévention de la Ligue contre le cancer.

"C'est une forme de conscientisation à la consommation raisonnée avec l’identification des moments qui leur font consommer et donc ils reprennent la main sur cette consommation”, détaille-t-il.

Le défi promet de nombreux bienfaits dont un sommeil amélioré, une perte de poids et une économie d'argent.

Garance Munoz avec Guillaume Descours