RMC

"Impardonnable": des salariés du Mémorial de Caen traités de "collabos" à cause du contrôle du pass sanitaire

Les salariés du musée consacré à l'histoire de la Seconde guerre mondiale se sont émus de comportements et surtout de mots déplacés au moment du contrôle des pass sanitaires.

Depuis deux semaines, les salariés de la "cité de l'histoire pour la paix", consacrée à l'histoire de la Seconde guerre mondiale, doivent comme tous les autres lieux culturels, vérifier à l'entrée les pass sanitaires. Mais les agents d'accueil du mémorial de Caen se sont émus d'avoir été traités de "collabos" pour cela.

Un contrôle qui se déroule bien dans la grande majorité des cas, mais qui ne passe pas pour certains visiteurs alors que le sujet fait toujours autant polémique dans le pays.

"C'est la preuve que des lieux comme le nôtre ont leur importance. Il y a de la pédagogie à faire"

A plusieurs reprises, les plus énervés ont donc insulté les salariés de "collabos", un mot impardonnable pour Jean-Yves André, le directeur en charge des publics du mémorial.

"Pour nous, les salariés du mémorial, être traités de collabos, même si c'est qu'une fois ou deux, c'est malgré tout scandaleux et impardonnable. On ne peut pas accepter ce genre de mots, c'est tout un thème analysé ici au mémorial.
Ca a un sens très particulier, avec des morts, de la souffrance. On ne peut pas l'utiliser comme ça. C'est la preuve que des lieux comme le nôtre ont leur importance. Il y a de la pédagogie à faire."

>>> A LIRE AUSSI - "Je ne me considère pas comme une personne à risque": les jeunes indifférents face au Covid-19?

Le mémorial réfléchit à faire des expositions et des conférences pour sensibiliser toutes les générations au sens des mots.

Anne-Lyvia Tollinchi (avec J.A.)