RMC

"J'ai été amputée de mes pieds et de mes doigts": le témoignage de Sandrine victime d'un choc toxique

L'Anses alerte sur les risques de choc toxique que peuvent provoquer les protections menstruelles. Sandrine qui a subi un choc toxique à cause d'une coupe menstruelle témoigne au micro de RMC.

Le 11 avril dernier, alors qu'elle utilise une coupe menstruelle, Sandrine ressent des maux de ventre de plus en plus douloureux.

Elle est victime d'un choc toxique, causé par sa coupe menstruelle: "J'étais en train de perdre connaissance. Ma tension n'était plus prenable donc j'ai été transférée en urgence. Trois semaines de réa, et puis après les amputations qui ont suivi. J'ai été amputée de mes deux pieds et de tous mes doigts. Aujourd'hui, je garde une phalange à chaque doigt".

"En fonction des marques, vous n'avez pas la même durée d'utilisation préconisée"

Un bouleversement total dans la vie de cette mère de trois enfants, toujours en rééducation aujourd'hui. Elle se bat désormais pour que les fabricants mettent des messages plus clairs sur les emballages des produits:

"En fonction des marques, vous n'avez pas la même durée d'utilisation préconisée, vous n'avez pas les mêmes conseils d'hygiène, c'est quand même assez aberrant parce que ce sont des énormes différences".

L'Agence de sécurité sanitaire a elle aussi demandé aux industriels des informations plus claires. Une première étape importante pour Sandrine: "Je trouve que c'est une super avancée. Ce qui me fait un peu peur, c'est la façon dont cela va être traité à l'avenir. Est-ce que le côté commercial ne va pas à nouveau prendre le dessus sur l'aspect santé"

Sandrine a créé une association, Dans mes baskets, pour sensibiliser sur les chocs toxiques.

Romain Cluzel