RMC

"J'ai peur pour mon emploi": des salariés des laboratoires Boiron inquiets d'un déremboursement des médicaments homéopathiques

Faut-il arrêter de rembourser l'homéopathie? La réponse est attendue pour la fin de mois. Pour les salariés du laboratoire Boiron à Pantin, l'inquiétude grandit. 1300 postes sont menacés.

Les médicaments homéopathiques pourraient bientôt ne plus être remboursés. La Haute-Autorité de la Santé rendra un avis définitif le 28 juin prochain. Certains médicaments sont remboursés à hauteur de 30% par l'Assurance maladie, bien que leur efficacité n'ait pas été évaluée scientifiquement.

Chez le leader mondial du secteur, Boiron, les inquiétudes sont fortes. L'entreprise affirme que 1300 emplois sur 2500 seraient menacés en cas de déremboursement.

Charlotte obligatoire, désinfectant aussi pour rentrer dans ce laboratoire aux portes de Paris. Colette est en pleine préparation d'un médicament homéopathique.

"Ça demande beaucoup de technique, beaucoup de concentration. Et dire que c’est que du sucre, pas du tout. Il y a des règles, des formules, des calculs... Ce que je fais, j’y met du cœur. On aime ce qu’on fait", explique-t-elle. 

1300 postes menacés

Mais ce métier est menacé dit le groupe Boiron. Résultat dans toutes les allées de ce site tout ne parle que du déremboursement. "Aujourd’hui, j’ai effectivement une peur au fond de moi par rapport à mon emploi. On se mobilise, on se bat pour essayer de sauver l’homéopathie", affirme Laurent l'un des 56 employés.

D'habitude très discrets, ces salariés ont déposé, la semaine dernière, devant l'Elysée 2000 lettres signées de leurs mains pour défendre leurs emplois. Inquiétude de salariés, ainsi que de la patronne du site, Catherine Laurencon-Richard. 

"Aujourd’hui 60% de notre activité est faîte par les médicaments remboursables. Bien sûr, nous nous battons pour les emplois. Aujourd’hui, 1300 emplois sont menacés", précise-t-elle.

La moitié des effectifs pourrait donc disparaître dit le laboratoire. Ce serait donc l'avenir du leader mondial de l'homéopathie, qui se trouverait aujourd'hui menacé

Thomas Chupin avec Guillaume Descours