RMC

Jauge dans les lieux de culte: le conseil d'Etat ordonne au gouvernement de revoir sa copie, les Catholiques ravis

Une première victoire pour les cultes en France. Le conseil d'Etat a désavoué le gouvernement et sa jauge de 30 personnes autorisées par lieu de culte. Les autorités catholiques aimeraient au moins pouvoir accueillir 30% de fidèles.

Le Conseil d'Etat a ordonné dimanche au gouvernement de revoir dans les 3 jours son décret limitant à 30 personnes le nombre de fidèles autorisés à assister aux cérémonies religieuses. Pour l'institution, cette jauge "va conduire, dans de nombreux lieux, à ce que les fidèles ne puissent y participer le jour de la semaine où se déroulent les principales d'entre elles, en dépit de l'augmentation du nombre de ces dernières".

Une victoire pour les fidèles et les autorités religieuses, notamment les catholiques vent debout contre cette jauge. Sur RMC, l'évêque de Nanterre Matthieu Rougé n'évoque pas de miracle mais du bon sens: "Cette jauge de 30 personnes était tellement absurde que l’on n’imaginait pas que l’exécutif persévère dans cette erreur d’appréciation et que le conseil d’Etat ne revienne pas dessus", se félicite-t-il assurant avoir appris la nouvelle pendant la messe de dimanche.

S’il se félicite de la décision, il déplore une d’obstination de la part du gouvernement :

"Il faut que nous gardions les questions qui ont été posées notamment de rapport à la vérité. L’exécutif a appuyé cette jauge incompréhensible au fait que les églises étaient des foyers de contamination alors que le dernier rapport de Santé Publique France évoque 6250 clusters et pas un seul dans une Eglise", avance-t-il.

"La liberté religieuse est décisive pour la liberté en général"

Mais si Santé Publique France ne recense effectivement pas de cluster dans des lieux de culte, au moins deux rassemblements religieux ont été à l'origine de contaminations à grande échelle. C'est le cas du rassemblement évangélique de Mulhouse en février dernier, soupçonné d'avoir accéléré la propagation du virus en France. C'est aussi le cas plus récemment d'une retraite spirituelle dans l'Orne où 35 cas ont été recensés et une personne est mort après le rassemblement, légal, de 190 personnes. Et à l'étranger, les cas de contamination de masse lors de rassemblements religieux sont légion. De quoi rendre frileux le gouvernement quant à une réouverture des lieux de culte.

"Il y a eu un rapport à la vérité des choses et une capacité au dialogue qui a été étonnant", déplore pourtant l'évêque de Nanterre qui évoque surtout une atteinte aux libertés: "Quand nous avons demandé une nouvelle jauge, c'était bien sûr en pensant aux fidèles mais pas uniquement. La liberté religieuse est décisive pour la liberté en général. Le Conseil d'Etat a d'ailleurs parlé d'atteinte grave à la liberté de culte".

Alors pour un retour dans les lieux de cultes, Matthieu Rougé plaide pour une jauge proportionnelle qui évoluerait en même temps que la situation sanitaire: "On peut imaginer un tiers de fidèle pour les deux semaines qui viennent, puis un peu plus après". Car la première jauge de 30 personnes dans les lieux de culte s'applique aussi bien aux petits lieux de culte qu'aux grandes cathédrales. Une aberration pour les autorités religieuses qui évoquent une norme irrationnelle très difficile à appliquer. 

Guillaume Dussourt