RMC

"Je veux être vacciné dès que je le pourrais": pourquoi le vaccin contre le coronavirus suscite l'espoir de la population

Les premières vaccinations espérées dès fin décembre. Selon la Haute Autorité de Santé, ce sont les personnes en Ehpad qui doivent être vaccinées en premier. .

Les personnes âgées résidant en Ehpad doivent être vaccinées en priorité "à l'arrivée des toutes premières doses" de vaccin contre le Covid-19, estime lundi la Haute autorité de santé, "compte tenu du nombre limité de doses qui seront disponibles au démarrage de la campagne de vaccination".

Pour cette future campagne, l'autorité sanitaire définit "cinq phases progressives" avec une ligne directrice: "protéger en priorité les plus vulnérables et ceux qui s'en occupent", a expliqué sa présidente Dominique Le Guludec au cours d'un point presse en ligne.

Ce vaccin, Denis l’attend avec impatience. Diabétique, il prend un traitement qui détruit ses défenses immunitaires. Il reste le plus souvent confiné chez lui. 

“C’est pesant parce que je ne peux pas voir mes petits enfants comme je le voudrais. Moi je veux être vacciné quand je pourrais l’être. On l’attend tous depuis neuf mois maintenant donc si on peut l’avoir d’ici deux mois ce sera déjà bien”, indique-t-il. 

"Il y a un fort espoir"

A 81 ans, Jean-Lionel voudrait que l’attribution des doses soit aussi simple que pour le vaccin contre la grippe. “Moi je me suis pointé avec ma prescription, j’ai demandé s’ils avaient le vaccin ils m’ont dit oui et je l’ai pris. J’étais vacciné dès le lendemain. J’espère que ce sera aussi simple pour ce vaccin”, confie-t-il. 

Les vaccins ne devraient pas être disponibles en pharmacie mais dans les hôpitaux. Et certaines personnes à risque devront attendre. Une contrainte que comprend Gérard Raymond, le président de France assos santé, une union d’associations de malades. 

"Ce qu’on espérait ou ce qu’on attendait, c’est certainement un vaccin beaucoup plus disponible. Bien sûr qu’il y a un fort espoir. On espère que ce vaccin va permettre d’arrêter cette épidémie”, assure-t-il. 

En janvier, un millions et demi de personnes pourraient être vaccinées.

Benjamin Pelsy avec Guillaume Descours