RMC

L'alcoolisme au Royaume-Uni de plus en plus grave à cause de la pandémie

Le Royaume-Uni s'alarme de la consommation d'alcool qui a grimpé en flèche depuis le début de la pandémie.

Le Royaume-Uni était déjà connu pour avoir la main lourde côté alcool. Et les choses ne se sont pas arrangées avec la pandémie. Le nombre de Britanniques avec une consommation d'alcool considérée comme dangereuse a fortement augmenté depuis le début de la pandémie, selon des chiffres gouvernementaux publiés lundi, faisant craindre des habitudes ancrées pour longtemps.

Le Bureau gouvernemental pour l'amélioration de la santé et des inégalités s'est appuyé sur des données de l'institut de sondage YouGov pour déterminer le nombre de personnes en Angleterre à la consommation de vin, bières et spiritueux nocifs considérée comme à haut risque. Sur la base d'un échantillon de 1.700 personnes, 18,1% des adultes - représentant près de huit millions de personnes - étaient sujets en octobre 2021 à une telle consommation lors des trois mois précédents.

>>> A LIRE AUSSI - "Il y a un rapport à l'alcool qui est devenu un peu malsain": des Français veulent profiter du "Dry January" pour reprendre le contrôle

+6,2 par rapport à 2019

Cela ne concernait que 11,9% de la population adulte - soit environ cinq millions de personnes- en octobre 2019, et 12,4% - six millions de personnes - en février 2020, juste avant les premiers confinements en Europe.

Ce niveau de consommation est déterminé en fonction des quantités d'alcool ingurgitées mais aussi de la fréquence, du sentiment de culpabilité ou des conséquences sur les activités sociales.

Cette consommation excessive concerne plus d'hommes que de femmes, mais l'augmentation est en proportion plus forte chez ces dernières (passées de 1,6 à 2,3 millions, contre de 4 à 5,5 millions chez les hommes).

Pourquoi ça monte particulièrement durant la pandémie?

Selon Julia Sinclair, présidente de la section addictions du Royal College of Psychiatrists, la consommation d'alcool a fortement augmenté pendant la pandémie car "nous étions limités dans ce que nous pouvions faire d'autre", mais aussi parce que "certaines personnes qui ne buvaient jamais, sauf lorsqu'elles allaient au pub, se sont mises à boire à la maison" en raison de leur fermeture.

Le problème? C'est désormais "devenu une habitude", et "certaines habitudes sont en train de s'incruster", a-t-elle mis en garde, très pessimiste sur un retour à des niveaux pré-pandémiques. "Pour l'instant, les données suggèrent que les gens qui avaient commencé à boire à la maison continuent et qu'ils boivent en plus de ça" dans des bars. 

Cela est aggravé par le fait que, contrairement au pub, la consommation d'alcool à la maison "peut durer des heures", a ajouté la chercheuse.

La rédaction avec AFP