RMC

L'appel des profs d'EPS sur RMC: "Passons à 4h de sport par semaine pour tous les élèves"

Sur RMC ce lundi, le syndicat national de l'éducation physique demande une augmentation du nombre d'heures et des effectifs supplémentaires.

Plus de sport pour les collégiens et les lycéens. C'est l'appel que lance ce lundi le syndicat national de l'éducation physique (SNEP-FSU). Les professeurs de sport estiment que leurs élèves ont trop peu de cours et demandent qu'ils aient quatre heures de sport par semaine, au collège comme au lycée.

Actuellement, en 6e, les élèves ont 4h de sport, de la 5e à la 3e, ils en ont 3 et au lycée, en général plus que 2h. Cette mesure concernerait les élèves compris entre le CP et la terminale.

Cette mesure s'inscrit plus globalement dans un plan d'urgence proposé par le SNEP-FSU pour augmenter l'activité physique sportive des jeunes. Parmi les autres mesures, l'augmentation de la subvention de l'Etat pour le sport, le recrutement de 1.500 profs de sport sur 5 ans et la diminution du nombre d'élèves par classe.

"Ça nous permet de se défouler"

Le syndicat a distribué à un échantillon de 2.500 élèves en France un questionnaire : plus de 60% des élèves interrogés demandent à avoir plus de sport par semaine.

Plus de sport au collège, Aïdan, 14 ans, ne demande que ça.

"On serait très contents. Ca nous permet de se défouler. Si on a une mauvaise journée, ça nous permet de se sentir mieux."

Quatre heures de sport hebdomadaires pour les collégiens et les lycéens, l'idée plait aussi aux parents. Flore et Nicolas ont une fille et un garçon au collège.

"Mon plus jeune a une heure de piscine le mercredi, mais le temps d'y aller, de se mettre en tenue... C'est juste. Le sport a de belles valeurs, il n'y a pas que les maths et le français dans la vie."

"C'est au nom de l'égalité que nous demandons ces quatre heures pour tout le monde"

Justement, le sport, c'est aussi important que les mathématiques et le français, plaide Didier Sablic. Il est professeur de sport dans un lycée à Créteil et membre du syndicat national d'éducation physique.

"Nous avons 14% seulement des élèves qui pratiquent en dehors de l'école. Et beaucoup moins de filles que de garçons. L'école, c'est le seul lieu où l'on peut pratiquer sans discrimination. C'est au nom de l'égalité que nous demandons ces quatre heures pour tout le monde."

Pour pouvoir donner ces cours en plus, le syndicat appelle le gouvernement à recruter 1.500 enseignants supplémentaires par an sur les cinq prochaines années.

Aymeric Dantreuille et Anne-Lyvia Tollinchi (édité par James Abbott)