RMC

"L'heure de lever les contraintes n'est pas venue": pas d'allègement du pass sanitaire avant le 15 novembre

36.000 faux pass présumés dans le viseur de l'Assurance maladie

36.000 faux pass présumés dans le viseur de l'Assurance maladie - AFP

Jeudi, à l'issue du conseil de défense sanitaire et le conseil des ministres, Gabriel Attal a pris la parole.

Finalement, non. Ce jeudi, le porte-parole Gabriel Attal a tenu le traditionnel point-presse qui marque la fin du Conseil des ministres. Ce jeudi, il était doublé d'un Conseil de défense sanitaire. Et c'est justement le point sur la lutte contre l'épidémie qui était attendu: il n'y aura pas d'évolution du pass sanitaire avant le 15 novembre a-t-il ainsi annoncé.

"Si adaptation du pass il devait y avoir, elle ne sera pas envisagée avant le 15 novembre. Cela sera une décision d'ordre national et par secteur", a expliqué le porte-parole du gouvernement. "Cette décision sera d'ordre national et par secteur", a continué le secrétaire d'Etat. 

Quelques minutes auparavant, il avait indiqué que "L'heure de lever toutes les mesures et contraintes n'est pas venue".

Le gouvernement "travaille à des adaptations du pass sanitaire", car "ni le masque, ni aucune autre mesure qui existe aujourd'hui ne sont éternels, et dès lors qu'on pourra les réduire, évidemment nous le ferons", sur la base des recommandations des scientifiques, a-t-il expliqué à l'issue du Conseil des ministres.

La loi prévoit une application du pass sanitaire jusqu'au 15 novembre, et un projet de loi pour le proroger au-delà de cette date doit être présenté le 13 octobre en Conseil des ministres.

Pourtant, les nouvelles sont particulièrement bonnes sur le front de l'épidémie: le taux d'incidence est au plus bas depuis la rentrée (48,2), moins de 1% des tests sont positifs, et le nombre de cas positifs par jour est désormais largement sous la barre des 5000 (4617 au 2 octobre). Lundi, le ministre de la Santé Olivier Véran avait laissé entendre que des allègements seraient possible: "Quand le virus baisse, les contraintes baissent". 

D'ailleurs: le port du masque ne sera désormais plus obligatoire à l'école dans 68 départements dès le 11 octobre. 

Par ailleurs, Gabriel Attal a précisé que tous les soignants peuvent désormais se faire injecter une troisième dose de vaccin anti-Covid, a annoncé jeudi le gouvernement, suivant ainsi un avis publié la veille par la Haute autorité de Santé (HAS).

"Nous mettons en oeuvre l'avis de la HAS: l'ensemble des soignants seront concernés par la dose de rappel, comme les proches des personnes immunodéprimées. J'appelle toutes les personnes éligibles à faire rapidement leur dose de rappel", a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur Twitter.

"Dès aujourd'hui, les soignants qui sont complètement vaccinés (...) depuis plus de six mois peuvent recourir au rappel vaccinal", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, après le Conseil de défense sanitaire puis le Conseil des ministres. 

Romain Cluzel avec XA