RMC

"L'or liquide de 2020": comment vont être acheminés et sécurisés les vaccins sur le sol français ?

Alors que les premières doses de vaccin ont été acheminées en France ce samedi matin depuis la Belgique, les autorités craignent des vols ou des attaques sur les convois. Pour cela, un protocole strict a été élaboré pour minimiser les risques.

Ce dimanche débute la campagne de vaccinations en France. Symboliquement, les premières injections du vaccin développé par Pfizer et BioNTech auront lieu, dans une unité de soins de longue durée à Sevran, près de Paris, en Seine-Saint-Denis. Mais aussi à Dijon, en Cote d'Or, auprès de personnes âgées volontaires.

Camions frigorifique, voitures de police, drones...

Mais à quelques heures de ces premières vaccinations: les autorités doivent répondre à un défi de taille: la sécurité. Et ce, dès ce samedi. Les doses sont arrivé en ce début de week-end depuis des usines de Belgique où elles ont été conçues. Elle ont pris ce samedi matin très tôt la direction des différents lieux de stockage en France. 

Elles y ont été acheminées en camion frigorifiques. Un convoi qui a été placé sous très haute surveillance. Car l'État a pris des mesures drastiques, pour mener à bien une opération ultra-sensible. 

Des camions escortés par des voitures de police banalisées et même par des drones. Ce n'est pas de la science fiction mais bien le protocole très strict, adressé par les ministères de la Santé et de l'Intérieur, aux préfets et aux agences régionales de santé. 

"La mafia et d'autres organisations criminelles sont préparées"

Les transporteurs ont interdiction de s'arrêter sur les aires d'autoroute, et ils sont tenus à une clause de confidentialité, alors qu'ils doivent acheminer les premières doses de vaccins vers près de 7 200 Ehpad.

"Le vaccin est l'or liquide de 2021. La mafia et d'autres organisations criminelles sont préparées" estime Jurgen Stock, le secrétaire général d'Interpol. Les autorités Françaises redoutent donc des vols, cyber-attaques ou intrusions dans les entrepôts de stockage, mais aussi des actions de militants anti-vaccins ou encore une attaque terroriste.

Paul Barcelonne (avec Maxime Trouleau)