RMC

La campagne de prévention contre le cancer irrite les vignerons: "Pour nous, c’est très agressif"

-

- - AFP

La campagne de lutte contre le cancer ne passe pas auprès des vignerons. En cause, la recommandation de diminution de la consommation d'alcool associée à un tire-bouchon, qui stigmatise le vin, estiment les syndicats de vignerons.

Eric Tesson est directeur général de la Confédération nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie de vins.

"On a découvert la campagne quand elle est sortie. Notre réaction a été progressive parce que les professionnels sont en période de vendanges au début du mois de septembre. Mais en deux ou trois jours les gens ont fait part de leur mécontentement. Certains l'ont découverte dans la presse ou sur les lieux de vente dans les centres commerciaux.

Mettre un tire-bouchon en pleine foire aux vins, ça a un effet très fort. D'autant que le message n'est pas clair. Qu'il y ait des campagnes contre la consommation excessive d'alcool, que ce soit pour la sécurité routière ou le cancer, nous n'y sommes pas opposés, bien sûr. Mais là, nous jugeons le message inefficace: réduire sa consommation d'alcool pour réduire les risques de cancer, sans donner de repère de consommation, ce n'est pas clair.

"C'est le seul secteur agricole qui se porte bien"

Et la campagne, avec cette image de tire-bouchon cible spécifiquement le vin alors qu'il faudrait prendre en compte l'ensemble des boissons alcoolisées. Cette campagne est très agressive pour les vignerons. Elle nous stigmatise. Ils sont tellement fiers de leurs produits, nous sommes à peu près le seul secteur agricole qui se porte bien et qui exporte. Se prendre cette campagne en pleine figure, c'est compliqué. On a l'impression que nos interlocuteurs à la santé veulent montrer que le fait de consommer de l'alcool est anormal. Cette campagne ne veut rien dire.

Le vin, c'est quand même l'image de la France. Si on commence à le stigmatiser sur notre propre territoire, c'est compliqué ensuite d'aller porter nos couleurs à l'étranger.

On a lancé le site letirebouchondetrop.fr la semaine dernière pour manifester notre mécontentement. Pour l'instant, on est à 6.800 signatures. Nous avons réagi de façon épidermique parce que c'est agressif. C'est normal que nous réagissions. Si on laisse passer ça, on va en arriver à dire que la consommation d'alcool, même autour d'une table en famille, est anormal. Ce n'est pas la société dans laquelle nous souhaitons vivre".

Propos recueillis par Paulina Benavente