RMC

"La continuité des soins va être impactée": inquiétude chez les aides à domicile et ambulanciers avec l'obligation vaccinale

À partir de ce mercredi, les soignants seront obligés d'être vaccinés pour pouvoir aller travailler. Dans certains métiers de la santé, le compte n'y est pas toujours.

L’obligation vaccinale contre le Covid-19 entre en vigueur ce mercredi pour 2,7 millions de soignants. Le refus de se vacciner ne donnera lieu à "aucun arrêt maladie", a averti le ministre de la Santé, Olivier Véran, promettant "des contrôles systématiques".

Le 15 septembre, ceux qui n'auront pas reçu au moins une dose de vaccin pourront être suspendus, sans rémunération. Hôpitaux, maisons de retraite, soignants libéraux, aides à domicile, pompiers, ambulanciers: combien de professionnels manqueront à l'appel, suspendus faute d'avoir respecté la règle?

A en croire le dernier bilan de Santé publique France : au 7 septembre, un peu plus de 88% des soignants avaient reçu au moins une dose dans les hôpitaux et les Ehpad, près de 94% parmi les libéraux.

Chez les soignants qui ne sont pas à l'hôpital ou en Ephad, des difficultés sont annoncées, notamment chez les aides à domicile et chez les ambulanciers.

"Nous ne pourrons pas répondre à toutes les demandes de transports sanitaires"

13% des ambulanciers ne serait pas vaccinée et ne souhaiterait pas l'être. Dans la société d'Olivier Assié, c'est le cas de six employés sur 60. Il y aura des conséquences.

"La continuité des soins va être naturellement impactée. Nous ne pourrons pas répondre à toutes les demandes de transports sanitaires. Est-ce que ces patients seront pris à l'heure ou avec beaucoup de retard?"

Autre secteur tendu: l'aide à domicile. Le taux de vaccination est de + de 95%, mais le secteur manque de bras, ces quelques pourcent manquant vont peser. Laurence Jacquon, directrice adjointe de l'ADMR, réseau associatif de services à la personne.

"Nous maintiendrons bien évidemment toutes les interventions d'actes essentiels: la toilette, l'aide aux repas. Face à des interventions peut-être moins urgentes autour du confort comme le ménage..."

Près de 15% des pharmacies comptent au moins un salarié non-vacciné, souvent des étudiants ou des préparateurs. Problèmes à prévoir sur les plannings.

Chez les pompiers enfin, le taux de primo-vaccination atteint 81%. Un chiffre sous-estimé, selon les syndicats, qui assurent que la continuité du service sera assuré.

>>> A LIRE AUSSI - "Avec 14 gamins au lieu de 60, ça va être difficile": les clubs de sports de Seine-Saint-Denis pénalisés par le pass sanitaire

Rémi Ink (avec J.A.)