RMC

La France confinée jusqu'au 28 avril? Le gouvernement assure qu'il s'agit d'une "estimation"

Le ministre de la Santé Olivier Véran n'a, pour le moment, pas donné de date précise.

La France se prépare à un confinement prolongé de plusieurs semaines pour interrompre la circulation du coronavirus qui opère une lourde ponction sur les malades, avec plus de 1.000 décès enregistrés et une forte mortalité dans les Ehpad.

Le comité scientifique préconise ainsi la prolongation sur une durée totale de six semaines - jusqu'au 28 avril - du confinement initialement prévu pour deux semaines minimum. Il ne s'agit encore que d'une "estimation parmi d'autres", a commenté le ministre de la Santé Olivier Véran, sans préciser si le gouvernement allait s'y rallier - ce qui est généralement le cas a-t-il convenu.

"Quand la circulation du virus sera contrôlée, alors la levée du confinement pourra être abordée. S'il est possible de le lever plus tôt, nous le ferons évidemment", a-t-il ajouté.

Pour le comité scientifique, c'est la seule stratégie opérationnelle, avec deux options: durcir encore les mesures, par exemple en stoppant les transports en commun ; ou bien, veiller à ce que le confinement soit mieux respecté, c'est à dire en renforçant les contrôles. 

Si le gouvernement n'a pas encore tranché, la volonté est claire: ne pas affoler les Français car tout laisse à penser que le confinement sera long. Une grande partie de l'économie va donc se retrouver à l'arrêt pour plusieurs semaines encore. 

La date du "pic" au coeur du confinement

Selon le bilan des autorités sanitaires mardi soir, 1.100 décès (+240 en 24 heures) ont été enregistrés à l'hôpital depuis le début de l'épidémie de Covid-19 et 2.516 patients étaient mardi soir en réanimation (+434) sur un total de 10.176 patients hospitalisés. Un bilan officiel sans doute inférieur à la réalité puisque les décès en milieu hospitalier "ne représentent qu'une faible part de la mortalité" dans le pays, a relevé le Pr Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. Il a cité l'autre lieu de forte mortalité que sont les Ehpad où un "suivi quotidien de la mortalité" va d'ailleurs être instauré.

Alors que peu d'experts se risquent à pronostiquer la date du "pic", un essai clinique européen a démarré dimanche dans au moins sept pays pour tester quatre traitements expérimentaux. A ce stade, la chloroquine, l'un des traitements testés qui fait débat, pourra être administrée aux malades souffrant de "formes graves" du coronavirus, mais pas pour des formes "moins sévères", a statué lundi le Haut conseil de santé publique. Le professeur Raoult, dont les préconisations pour un traitement à la chloroquine des malades du Covid-19 font polémique, a annoncé mardi se mettre en retrait du conseil scientifique accompagnant l'exécutif sur la maladie, assurant privilégier un lien "direct" notamment avec Emmanuel Macron.

Enfin, l'Exécutif prépare le terrain avec des mesures pour soutenir les entreprises et les plus vulnérables, 25 ordonnances sont à l'ordre du jour du conseil des ministres, ce mercredi. Elles entérinent plusieurs aides déjà annoncées, notamment pour les entreprises en difficultés, comme un fonds de solidarité d'un milliard d'euros ou encore le report du paiement des factures d'eau et d'électricité.

Paul Barcelonne avec Xavier Allain