RMC

Le commandant du sous-marin organise une fête en plein confinement: la marine anglaise enquête

La Navy mène l'enquête contre l'équipage d'un sous-marin

La Navy mène l'enquête contre l'équipage d'un sous-marin - AFP

La Royal Navy a confirmé ce vendredi l'ouverture d'une enquête contre le commandant d'un sous-marin nucléaire après l'organisation d'une fête sur une base navale.

Les images de sous-mariniers anglais organisant une fête pour leur retour à quai a provoqué une vive polémique ces derniers jours en Grande-Bretagne alors que le pays se trouve confiné à domicile en raison de l'épidémie de coronavirus. 

Ce vendredi la Royal Navy a officialisé l'ouverture d'une enquête afin de faire la lumière sur cet événement. "Une enquête est en cours, a simplement indiqué un porte-parole de marine britannique auprès du Sun. Il serait inapproprié de faire plus de commentaires."

Un barbecue à grand renfort de techno

De retour à la base navale de Devonport, à Plymouth, après plusieurs mois de manœuvres en mer, le commandant du sous-marin nucléaire HMS Trenchant a choisi de ne pas obéir aux consignes du gouvernement et a organisé un barbecue pour regonfler le moral de ses hommes.

Des images partagées sur les réseaux sociaux montrent ainsi des membres de son équipage profiter de la fête et de la musique techno diffusée par deux marins improvisés DJ. 

Le quotidien rapporte aussi que deux marins ont été sanctionnés pour avoir refusé d'appliquer l'ordre d'un officier supérieur de la base navale de mettre fin aux réjouissances.

Le capitaine "s'est montré arrogant"

Averti de la crise sanitaire lors du retour de son bâtiment dans les eaux territoriales britanniques, le commandant aurait été placé en congés selon certains médias.

"Le capitaine n'avait pas vraiment conscience de ce qu'il se passait à la maison avec cette pandémie, a indiqué une source auprès du tabloïd avant de préciser. Mais il s'est montré arrogant. Il est peu probable qu'il commande à nouveau le sous-marin." Le non-respect du confinement a du mal à passer alors que le Royaume-Uni approche des 19.000 victimes liées au coronavirus.

JGL avec l'AFP