RMC

Le secteur du tourisme accuse le coup: "Même si nous avons du monde cet été, ça ne rattrapera pas ce qui a été perdu"

Le tourisme français a baissé de 60% au mois de mars et de 97% depuis le confinement. Résultat, ce sont 50.000 emplois saisonniers qui sont annulés ou différés. Selon BFMTV, le secteur prévoit 10 milliards de pertes pour le mois d'avril.

Younes gère un hôtel dans le 11e arrondissement de Paris. D’ordinaire plein à cette période, son établissement est vide depuis le confinement, la perte est colossale: "Les deux dernières semaines de mars sont réduites à zéro donc sur le mois de mars, on est à 70-80% de perte de chiffre d'affaire net".

A Palavas-les-flots, dans l’Hérault, les bords de Méditerranée sont également déserts. Le mois d’avril, qui représente 15% du chiffre d’affaire annuel, est d’ores et déjà perdu, mais l’été est également menacé selon Pascal Thérond, gérant d’une agence immobilière spécialisée dans les locations de vacances: "C'est aussi une période où on enregistre des demandes pour l'été. Il y a un arrêt quasi-complet des demandes de réservation".

10 milliards de manque à gagner

Le cabinet Protourisme prévoit au moins 10 milliards de manque à gagner pour le secteur français du tourisme durant le seul mois d’avril. Un manque important, que même une période estivale réussie ne pourrait pas compenser. Stéphan Rossignol, maire de la Grande-Motte, dans l’Hérault: "La saison 2020 ne sera pas une saison comme les autres, même si nous avons du monde en été, ça ne rattrapera pas ce qui a été perdu et beaucoup aura été perdu".

Cette crise ne touchera pas uniquement les boutiques ou les restaurants: 50.000 emplois saisonniers seront annulés ou différés en raison de la pandémie.

Rémi Dos Santos