RMC

Le suivi des enfants prématurés s'améliore mais reste insuffisant

Plus un bébé nait prématurément, plus il a de risque d'avoir un développement perturbé. Et bien souvent, le suivi est insuffisant.

La prise en charge des enfants prématurés à la naissance s'est améliorée en 20 ans et notamment grâce à l'implication des parents, révèle l'étude EPIAGE 2 pilotée par l'Inserm. Car plus un bébé nait prématurément, plus il a de risque d'avoir un développement perturbé.

Nés après 5 mois de grossesse seulement, 27 enfants sur 100 présentent des déficiences modérées ou sévères, une paralysie cérébrale, des troubles de la vue, de l'ouïe ou du comportement. Nés après 7 mois, il ne sont plus que 12 sur 100. Et à terme plus que 5 sur 100.

Le suivi médical insuffisant?

Pour éviter que ces séquelles ne perdurent, le suivi de ces enfants, avec les consultations chez l'orthophoniste, le kinésithérapeute ou le psychologue est crucial.

Or à 5 ans et demi, entre 25 et 40% des prématurés touchés par ces troubles du développement ne consultent pas. Des chiffres inquiétants selon les auteurs de cette étude qui démontrent une rupture dans le parcours de soins. Selon eux, les moyens déployés pour prendre en charge correctement ces enfants, une fois sortis de l'hôpital, ne sont pas suffisants.

>> A LIRE AUSSI - "On a essayé de le tuer": un père de famille victime d'une violente agression raciste à Dole

Caroline Philippe (avec Guillaume Dussourt)