RMC

"Les généralistes ne sont pas bien formés en psychiatrie": comment certaines familles sont abandonnés face aux maladies mentales

Un rapport parlementaire fait état de nombreux dysfonctionnements qui jalonnent le parcours du patient. Des offres insuffisantes par rapport à la demande de soins, une prise en charge insuffisantes et des patients mal ou pas soignés.

Un Français sur cinq souffre d'une maladie psychique telle que de troubles mentaux, de dépressions, de troubles bipolaires, d’autisme, ou encore de schizophrénie. Or, la profession dénonce un système psychiatrique en plein naufrage et un défaut de prise en charge des malades. Selon un rapport parlementaire, il existe de nombreux dysfonctionnements qui jalonnent le parcours du patient. Des offres insuffisantes par rapport à la demande de soins, une prise en charge insuffisantes et des patients mal ou pas soignés.

Et parfois, des familles se retrouvent parfois seules face à ces maladies. Au début des années 2000, la première fille de Daniel Chatelain est diagnostiquée bipolaire, la seconde schizophrène. Le père de famille est directement confronté à la lenteur du diagnostic sur ce type de maladie. 

"On a erré pendant des années. Les généralistes ne sont pas bien formés en psychiatrie. Le diagnostic est fait plusieurs années voire huit ans après le début des premiers symptômes", explique-t-il.

Une meilleure connaissance des maladies mentales

Autre problème : l'accompagnement des malades. "Il faut qu’ils prennent des psychotropes toute leur vie et souvent, ils ne les prennent pas. Alors qu’est-ce qu’il se passe, ils rechutent", affirme-t-il. Alors Daniel Chatelain s'est en quelque sorte, formé tout seul. "C’est une seconde vie pour moi. Personnellement, j’ai lu beaucoup de bouquins parce que je ne connaissais rien de rien. Et quand on ne sait rien, on croit", détaille-t-il. 

Daniel Chatelain souligne le travail des associations et a un espoir : que le grand public soit formé, dès l'école par exemple. Avec l'objectif de mieux faire connaître ces maladies mentales.

Rémi Ink avec Guillaume Descours