RMC

Les nouvelles restrictions sanitaires vont-elles suffire à freiner l'épidémie de Covid-19?

Un arrêt de travail "immédiat" en cas de symptômes ou cas contact Covid-19: comment ça marche?

Un arrêt de travail "immédiat" en cas de symptômes ou cas contact Covid-19: comment ça marche? - AFP

Alors que le ras-le-bol est de plus en plus manifeste face aux nouvelles restrictions sanitaires en France, certains Français bravent les interdits.

Les nouvelles restrictions qui touchent un tiers des Français, vont-elles suffire à freiner l'épidémie de Covid-19 dans les régions concernées, alors que le ras-le-bol est de plus en plus manifeste, comme en témoigne un carnaval à Marseille, rassemblant des milliers de jeunes.

Quelque 6.500 personnes, quasiment toutes jeunes et non-masquées, ont défié dimanche les restrictions sanitaires pour un carnaval dans les rues de cité phocéenne non autorisé qualifié d'"exutoire" mais jugé totalement "irresponsable" par la police. Vers 18h30, les forces de l'ordre sont intervenues sur le Vieux-Port pour disperser les participants.

"Je suis en colère. L'attitude égoïste de quelques irresponsables est inacceptable. Rien ne justifie qu'on détruise les efforts collectifs pour endiguer le virus", a réagi sur Twitter le maire de Marseille Benoît Payan en demandant également que ceux qui ont commis des dégradations répondent devant la justice. La présidente LR de la métropole Aix-Marseille-Provence Martine Vassal s'est dite "scandalisée", le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier fustigeant "l'inconscience" des participants.

>> A LIRE AUSSI - INFOGRAPHIES - Autorisé ou interdit, ouvert ou fermé? Le point sur les nouvelles restrictions sanitaires et les reconfinements locaux

Karine Lacombe, cheffe de service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris, rappelle que "ce genre de situation peut entraîner des milliers d'infections secondaires si parmi toutes ces personnes, certaines sont porteuses, mêmes asymptomatiques". Mais "ce que cela reflète, c'est le ras-le bol de tout le monde. On a le sentiment de ne pas voir la fin", a ajouté la cheffe de service sur BFMTV, appelant à "faire preuve de plus de pédagogie et puis surtout passer à la vitesse supérieure en termes de vaccination".

"Les semaines devant nous seront difficiles, la vague monte", a prévenu le ministre de la Santé, Olivier Véran, dimanche dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.

La pression augmente en effet sur les services de réanimation avec plus de 4.406 malades de Covid-19, soit le chiffre le plus élevé depuis fin novembre, selon les chiffres de dimanche. Il faut remonter au 23 novembre pour retrouver un chiffre aussi élevé. Et le taux de positivité progresse encore, à 8%. 

La rédaction de RMC avec AFP