RMC

Les soignants s'alarment d'une multiplication des clusters dans les établissements hospitaliers

RMC
Santé Publique France observe une hausse continue des contaminations de soignants depuis fin décembre. Environ trois quarts des CHU sont ainsi concernés par un cluster en ce début février.

Au centre hospitalier de La Rochelle, 300 soignants ont été contaminés par le Covid-19 ces dernières semaines. Du jamais vu depuis le début de l'épidémie selon le docteur Thierry Godeau ce qui a obligé à déprogrammer la moitié des interventions hors-covid : "On a eu beaucoup d’arrêts de travail. On a été obligés de fermer des lits, des salles de blocs opératoires et les victimes collatérales, ce sont les patients d’autres pathologies qui actuellement sont plus en difficulté parce qu’on les soigne moins bien".

Et l’hôpital des Charente-Maritime n’est pas le seul dans ce cas : "Il y a des clusters dans certains services. Nous avons des mesures efficaces mais il peut y avoir des trous dans la raquette qui font qu’on peut avoir des clusters dans les services", constate également Eric Maury, professeur de médecine intensive hôpital Saint-Antoine à Paris.

Si les chiffres officiels sont loin d'atteindre ceux constatés pendant la première vague, Santé Publique France observe néanmoins une hausse continue des contaminations de soignants depuis fin décembre. Environ trois quarts des CHU sont ainsi concernés par un cluster en ce début février, avec des conséquences graves.

Certains soignants positifs au Covid-19 contraints de continuer à travailler

Car c'est un cercle vicieux, observe la présidente de la coordination infirmière du centre hospitalier de La Rochelle Céline Laville : plus il y a de contaminations, plus il y a d'absents, et plus les soignants sont obligés de tourner entre les services, au risque d'aggraver la situation : "Il y a du personnel qui va travailler une journée dans un service avec des patients positifs au Covid-19 s’y exposant et qui va le lendemain travailler dans un service où il n’y a pas de cas".

Et déjà certains patients auraient contracté le Covid-19 après leur admission à l'hôpital pour d'autres raisons: "Il y a eu quelques signalements de cas Covid-19 dont on a l'impression qu'ils se sont déclarés alors que les patients étaient hospitalisés", confirme Eric Maury. "Ce n'est pas forcément le fait des soignants, si les patients sont dans un secteurs Covid négatif, les visites sont parfois plus souple", tempère-t-il.

Mais certains soignants positifs au Covid-19 auraient reçu la consigne de continuer à travailler : "Cela veut dire que le soignant vient travailler avec une charge virale sur lui et un soignant qui travaille 12 heures il n’est pas infaillible et un moment il y a forcément un geste oublié". La présence de variants plus contagieux est avancée pour expliquer ces clusters, mais n’a pas encore été prouvée.

>> A LIRE AUSSI - Violences conjugales: les médecins pourront signaler directement des victimes à la justice

Victor Joanin avec Guillaume Dussourt