RMC

Loi bioéthique: vifs débats autour de l'ouverture de la PMA à toutes les femmes

Les opposants à la PMA pour toutes ne désarment pas. Mardi lors de l'examen du projet de loi de bioéthique ils sont revenus à la charge.

Les députés sont entrés mardi soir dans le vif du sujet sur le projet de loi bioéthique. Ils ont entamé dans la soirée les discussions sur l'article 1 du texte, qui concerne l'ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes. En présence du ministre de la Santé Olivier Véran, les tensions avec le groupe LR ont été vives.

Principale passe d'armes pendant la prise de parole du ministre de la Santé Olivier Véran, interrogé par un député LR sur la filiation des enfants nés de PMA.

“Monsieur Bretron, vous comparez la polygamie avec des femmes qui veulent avoir des enfants dans le cadre d’une PMA et c’est extrêmement violent. Je vous demande de faire attention, on a commencé ce débat en disant qu’on ne voulait pas blesser les gens et les familles et vont êtes en train de faire des mélanges et des amalgames”, indique à la tribune Olivier Véran. 

Le ministre de la Santé met en avant l'amour des parents comme base du foyer familial. Une position qui ne convainc absolument pas son opposant du soir, Xavier Breton. “On est pas en boite de nuit là mes chers collègues. On est dans un hémicycle en train de faire la loi et quand j’entends des ministres adolescents qui nous parle de lois avec de l’amour … mais un peu de sérieux”, a-t-il riposter. 

Rejet de l'accès à la PMA pour les personnes transgenres

Des débats qui se sont prolongés tard dans la nuit, plusieurs députés de la droite s'inquiètent que le texte permette à trois personnes de se revendiquer parents du même enfant. Des arguments que déplorent Aurore Bergé, référente du projet de loi bioéthique pour LREM.

“On est dans une confusion totale, volontairement entretenu par des députés de l’opposition et je trouve ça regrettable. Donc j’invite les collègues de tous les bans à maintenir la sérénité des débats. Mais on ne la maintient pas dans la confusion ou dans l’outrance”, explique-t-elle. 

Autre point de friction: l'accès à la PMA pour les personnes transgenres, finalement rejeté en fin de séance.

Romain Cluzel avec Guillaume Descours