RMC

Manque de soignants, hausse des admissions en réanimation... A Marseille, la situation sanitaire inquiète

Marseille n'échappe pas à la recrudescence de l'épidémie de Covid-19. La situation inquiète président de la commission médicale d’établissement de l’APHM qui demande des renforts à l'hôpital.

La situation sanitaire se tend. Le littoral des Alpes-Maritimes et la région de Dunkerque ont connu leur premier week-end confiné alors que l'épidémie de Covid-19 connaît un fort rebond dans les deux zones. Et 20 autres départements sont en alerte et sous surveillance, comme l'a annoncé jeudi le Premier ministre Jean Castex. A Marseille dans les Bouches-du-Rhône, la situation inquiète aussi.

"La situation est très tendue. On était sur un plateau très haut depuis plusieurs semaines et là, les choses s'accélèrent en réanimation", s'inquiétait ce lundi matin sur RMC le Professeur Dominique Rossi, président de la commission médicale d’établissement de l’APHM, l'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille. Car on comptait lundi matin 75 malades du Covid-19 en réanimation, contre environ 65 ces dernières semaines.

Et si les capacités en lit de réanimation ne sont pas encore atteintes, le manque de soignants pour les faire fonctionner se fait ressentir. "Dans les structures où les opérations chirurgicales sont déprogrammées et où les médecins n'ont pas de réanimation et les soignants ne sont pas mobilisés, on leur demande de venir nous rejoindre pour quelques semaines pour nous aider à passer le cap", appelle Dominique Rossi.

>> A LIRE AUSSI - La commune de Chambourcy repousse sa rentrée scolaire d'une semaine après la découverte d'un cluster de variants sud-africain

"A force de tirer sur la corde, on craint qu'elle casse"

"Dès qu'il manque un peu de monde, les gens sont fatigués et un certain nombre de personnel soignant risque d'être contaminé. Il y a un petit absentéisme mais à force de tirer sur la corde, on craint qu'elle casse", déplore le praticien.

Et pour tenter d'endiguer l'épidémie avec l'aide des vaccins, le maire de Marseille Benoît Payan monte au créneau. "Je demande au chef de l'État de mettre le paquet pour aller chercher les vaccins. Il doit tordre le bras des laboratoires. Face à la pandémie mondiale, la protection des brevets et de leurs bénéfices ne m'intéresse pas. Si les laboratoires font de la rétention de vaccins, le président de la République doit aller au combat", assure l'élu dans le JDD.

"Je ne sais pas si les labos font de la rétention, mais le seul moyen de s'en sortir, c'est de vacciner. Il ne faut pas avoir peur des vaccins", plaide Dominique Rossi, alors que la stratégie vaccinale est pointée du doigt. Il appelle ainsi à envoyer le plus de doses et accélérer la vaccination dans les zones les plus touchées.

"Il faut trouver tous les moyens pour acquérir l'immunité collective le plus vite possible", ajoute le médecin qui déplore que la population, lassée, ne se mette pas dans les conditions optimales pour respecter les consignes sanitaires tout en écartant un nouveau confinement en raison des effets nocifs sur l'économie et la psychologie.

>> A LIRE AUSSI - "C’est humainement dévastateur": une quarantaine de députés plaide pour la réouverture des restaurants le midi

Guillaume Dussourt