RMC

Mesures anti-Covid: "Nous risquons des troubles, j'ai l'impression qu'une fronde se prépare" assure sur RMC, Louis Aliot, maire RN de Perpignan

Le maire RN de Perpignan de Perpignan Louis Aliot craint des troubles sociaux après l'annonce de nouvelles mesures restrictives pour lutter contre le retour de l'épidémie de Covid-19.

Le gouvernement resserre la vis face à la crise sanitaire et le retour de l'épidémie. À tel point que le Premier ministre fait planer la menace d'un reconfinement. Mais avant d'en arriver à cette éventualité, l'Etat a décidé de fermer les bars et restaurants à Marseille et en Guadeloupe, les deux départements les plus touchés par le retour de l'épidémie, placés en zone d'alerte maximale. 

Une mesure qui a provoqué la colère des élus locaux et des restaurateurs des Bouches-du-Rhône. Ce vendredi, les professionnels du secteur étaient réunis devant le tribunal de commerce de la cité phocéenne pour protester contre la fermeture des bars et restaurants: "On s'en prend brutalement à la restauration c'est très mal vécu", déplore sur RMC ce vendredi matin Louis Aliot, le maire RN de Perpignan dans les Pyrénées-Orientales, un département pas concerné par les restrictions.

L'Etat "dépassé par les événements" ?

"Ils n’accepteront pas cet état de fait et je pense qu’il y a un risque de contestation sociale et économique forte parce qu’ils n’ont pas l’impression d’être soutenus par le gouvernement. Nous risquons d'avoir des troubles et j'ai l'impression qu'une fronde se prépare. Et si cela arrive ce sera un signe que l’Etat n’a plus d’autorité", ajoute l'élu.

Louis Aliot estime que l'Etat est "dépassé par les événements" et n'apporte aucune réponse. S'il estime que les gestes barrières et les mesures sanitaires sont plutôt respectés par les Français, il s'interroge sur l'action du gouvernement: "Qu’on fait le ministre de la Santé et le Premier ministre pour permettre aux hôpitaux et au milieu médical pour tester, isoler et traiter les cas qui sont aujourd’hui dans la population ? J’ai l’impression qu’encore une fois il n’y a pas grand-chose", dénonce-t-il.

À l'issue du confinement, l'Etat avait dévoilé sa stratégie de tests massifs pour tester-tracer-isoler, la sainte-trinité gouvernementale de la lutte contre le Covid-19. Depuis, la France réalise 1,2 million de tests par semaine. Et ces dernières semaines, le taux de positivité des personnes testées est en train d'augmenter.

Guillaume Dussourt