RMC

Mois sans tabac : de plus en plus de français arrêtent de fumer pour faire des économies

Certaines marques de cigarettes ont encore vue leurs prix augmenter d'environ dix centimes au 1er novembre.

Vous avez peut-être débuté lundi le mois sans tabac, cette opération menée chaque année en novembre pour encourager les fumeurs à arrêter la cigarette. Au-delà des raisons de santé évidente, le tabac fait plus de 75.000 morts en France tous les ans selon un chiffre de santé publique France, arrêter de fumer, c'est aussi une question de budget.

>> A LIRE AUSSI - Pneus neige obligatoires, signalement de contrôles routiers interdits, tabac... Ce qui change ce 1er novembre

Pour Lola, deux paquets par jour à plus de dix euros le paquet, ce n’est plus possible. À 23 ans, cette étudiante a pris une grande décision, commencer le mois sans tabac non pas pour sa santé, mais pour son porte-monnaie.

"La avec l’augmentation de tout, la vie est hyper chère que ce soit pour se nourrir, pour se loger. Donc là le budget cigarette je le sens d’autant plus passer je me dis 10 euros autant les mettre ailleurs quoi”, assure-t-elle.

C'est justement pour mettre cet argent ailleurs qu'Ellie a arrêté de fumer il y a six mois.

“Le jour où je suis arrivée dans mon bureau de tabac que j’ai donné mon billet de 10 euros et qu’on m’a dit, il vous manque encore 50 centimes, c’est le jour où j’ai réalisé que ce n’était plus possible”, assure-t-elle.

Toutes les raisons sont bonnes 

Au total, elle a économisé près de 400 euros. “Je pourrais me payer 40 plats à 10 euros, je pourrais me payer un petit week-end avec ce que j’ai économisé”, appuie-t-elle.

Des jeunes qui arrêtent la cigarette pour des raisons d'argent, ça réjouit le médecin Loïc Josseran, président de l'Alliance contre le tabac.

“Quelle que soit la raison, elle est toujours bonne. Il n’y en a pas une qui est meilleure que les autres, elles sont toutes bonnes pour arriver à quelque chose qui est excellent, c’est l’arrêt du tabagisme. Donc arrêtez-vous quelle que soit la raison”, ajoute-t-il.

Et pour tenir cette résolution au-delà du mois sans tabac, il conseille aux jeunes d'arrêter d'un coup et de ne pas hésiter à demander de l'aide à un professionnel.

Anne-Lyvia Tollinchi avec Guillaume Descours