RMC

Morts du coronavirus en Ehpad: "Il y a eu une phase de secret, a-t-on laissé nos proches mourir?"

Plusieurs plaintes ont été déposées contre des Ehpad, accusés d'avoir gardé le silence alors que leurs résidents étaient de plus en plus nombreux à être contaminés par le covid-19.

Les plaintes et les enquêtes contre les Ehpad se multiplient alors que plus de 10.000 de leurs résidents sont morts du covid-19. En première ligne, le Collectif 9471, rassemblant des proches de victimes, dénonce les manquements des équipes des établissements ainsi que le peu de communication des directions.

"On a vu qu’il y avait du personnel qui n’avait pas été formé. Dans mon cas c’était un animateur qui restait collé à ma grand-mère et qui postillonnait. Quand je lui en ai parlé il m’a dit 'je n’ai pas été formé'. Les salariés nous alertaient et nous disait 'on n’a pas suffisamment de masques que fait-on?'", explique Olivia Mokiejewski, porte-parole du collectif 9471 dont la grand-mère est morte du coronavirus au sein d'un Ehpad.

"Au-delà de ces manquements, il y a eu la phase du secret. Il y a eu une espèce de huis clos dans les établissements et on n’a plus réussi à avoir de nouvelles de nos proches. Ils nous disaient qu’il n’y avait pas de cas de Covid et que tout allait bien. Et du jour au lendemain ils nous appelaient pour nous dire que nos proches étaient morts. Est-ce qu’on a laissé nos proches mourir, est ce qu’on les a aidés à mourir?", s'interroge-t-elle.

Plus de 10.000 morts

La porte-parole du collectif assure avoir dû insister pour que sa grand-mère puisse voir un médecin, après s'être rendu compte via des appels vidéos qu'elle présentait plusieurs symptômes du Covid-19:

"Quand je posais la question sur une éventuelle contamination de ma grand-mère, on me disait que tout allait bien. J’ai dû insister pour qu’un médecin vienne voir ma grand-mère et là on l’a trouvé mourante. Quand elle est arrivée à l’hôpital, elle était en stade final du covid-19", assure Olivia Mokiejewski.
"La souffrance est énorme. Nos proches pensent qu’on les a abandonnés mais on ne savait pas, on n’a pas eu la chance de pouvoir les sauver, de pouvoir leur dire au revoir. La manière dont cela s’est passé soulève énormément de question : quelles étaient les recommandations de l’Etat, comment cela se passait au quotidien, dans quelle situation sont-ils morts? Quelles étaient les directives du groupe?", demande-t-elle, assurant que les établissements publics comme privés ont tous eu la même "stratégie".

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, les résidents des Ehpad payent un lourd tribut. Selon les derniers bilans, plus de 10.000 d'entre eux sont morts du covid-19.

Guillaume Dussourt