RMC

Morts du Covid-19 dans les Ehpad: comment expliquer que le virus circule toujours malgré les protocoles sanitaires?

RMC
Alors que les autorités sanitaires parlent d'une "sortie progressive" confinement, la situation s’est dégradée rapidement depuis mi-octobre dans les Ehpad.

Les efforts commencent à porter leurs fruits depuis quelques jours: le nombre de nouveaux cas de coronavirus baisse en France, selon la direction générale de la Santé. Mais qu’en est-il de la situation dans les Ehpad? "Nous y sommes très attentifs", a répété mardi Jérôme Salomon, précisant qu'"il est nécessaire de maintenir la plus grande vigilance". 

Et pour cause: il y a actuellement plus de 10.000 cas de Covid-19 dans les Ehpad. Ce chiffre a doublé en un mois: la situation s’est dégradée rapidement depuis mi-octobre. Les décès eux aussi augmentent.

Sur les 5 derniers jours, on recense ainsi 158 décès quotidiens en moyenne, c’était moins de 50 par jour fin octobre. Pour rappel, on a atteint un pic autour de 380 décès par jour mi-avril dans les Ehpad. Mais il est impossible de dire si on a atteint aujourd’hui un pic épidémique dans les Ehpad: ces chiffres sont à manier avec prudence, car il y a un délai dans la remontée des données.

D’ailleurs, Santé Publique France n’actualise ces chiffres que deux fois par semaine, alors qu’elle le faisait quotidiennement au printemps dernier. 

Alors, comment expliquer que le virus circule toujours autant dans ces établissements malgré tous les protocoles stricts qui ont été mis en place? 

Il circule, en réalité, comme dans le reste de la société: les Ehpad ne sont pas des "forteresses". Il y a des salariés, des intervenants extérieurs, des visites de familles, des transferts à l’hôpital pour des examens. Il est donc inévitable que le virus entre et qu’il se diffuse vite, au sein d’une population âgée, souvent fragile, et vivant en milieu partagé.

Même si grâce aux tests PCR et antigéniques, on détecte et on isole beaucoup plus rapidement que lors de la première vague.

Aujourd’hui, certaines situations sont encore très critiques: des EHPAD ont jusqu’à 60 cas positifs et 25% de mortalité. Mais il n’y a pas de panique ou de sidération comme au printemps dernier et les équipes sont mieux équipées pour y faire face. Si dans les semaines à venir, la situation va être surveillée de près, à long terme, les directeurs d’établissements savent qu’ils doivent être très vigilants sur la durée: une nouvelle livraison de tests antigéniques pourrait arriver dans les Ehpad d’ici la fin du mois.

Aurélia Manoli