RMC

"On a des salariés en pleurs au téléphone": 700 emplois en danger chez Derichebourg Aeronautics, sous-traitant d'Airbus

Fortement impacté par la crise sanitaire actuelle, l’un des sous-traitants d’Airbus, Derichebourg Aeronautics, prévoit de supprimer 700 postes sur les 1600 que compte l’entreprise.

Le secteur de l’aéronautique en pleine turbulence à cause du coronavirus. A Toulouse, fleuron de cette industrie, l’un des plus gros sous-traitant d’Airbus est confronté à une grosse chute de son activité.

Derichebourg Aeronautics prépare un plan de sauvegarde de l'emploi qui pourrait concerner jusqu'à 700 postes sur les 1600 que compte l'entreprise. Embauché en octobre en CDD, tout se passait bien pour Abder, 31 ans, ouvrier qualifié dans la logistique.

"Qu’est-ce qu’on va faire avec 1100 euros avec un loyer à 790 euros?"

Mais avec l’annonce de la direction, tout s’écroule pour lui et son épouse, elle-même salariée de l’entreprise: "J’étais content, j’ai commencé à évoluer sur un poste dont je rêvais depuis longtemps. Franchement, l’annonce a été violente. Aujourd’hui, je le vis encore mal parce que je me dis qu’au 30 juin, je n’ai plus d’emploi. Ma femme n’en a plus, le 30 avril on lui a dit que c’était terminé. Le chômage, on sait très bien comment ça se passe, ça va être 1000 euros, ma femme vient d’avoir sa notification ce matin, c’est 1100 euros. Qu’est-ce qu’on va faire avec 1100 euros avec un loyer à 790 euros? C’est grave".

Un plan social qui pourrait être retardé si les salariés renoncent à des acquis sociaux comme notamment le 13e mois dans le cadre d’un accord de performances collectives.

"Ils sont complètement atterrés"

Impensable pour Philippe Faucard, délégué syndical UNSA aérien qui refuse de participer aux négociations: "On a des salariés en pleurs au téléphone. Ils sont complètement atterrés. En tant que délégué, je ne me vois pas me présenter face aux salariés en leur expliquant que j’ai négocié de la perte de pouvoir d’achat".

De son côté, Force Ouvrière, majoritaire, annonce au contraire vouloir négocier avec la direction pour sauver un maximum d’emplois.

Estelle Henry (avec C.P.)