RMC

"On demande la réquisition de tous les bâtiments fermés": l'appel des associations d'aide aux sans-abris face au coronavirus

Situation très critique pour les personnes vivant dans la rue. Ce mercredi, Julien Denormandie, ministre du Logement, a annoncé la mise en place de structures d’accueil spécifiques.

Dès ce mercredi soir, 50 chambres d'hôtel individuelles ont été ouvertes à Paris. Le ministre du Logement, Julien Denormandie a annoncé la disponibilité de 170 chambres d'ici la fin de la semaine et avec le groupe Accor, 500 chambres ont été identifiées. Des centres d'accueil spécifiques doivent aussi être créés, 80 sites ont été repérés, soit 2.875 places.

Car les associations sont débordées ou stoppent leurs activité faute des bénévoles qui pour certains, se confinent. Les point d’eau manquent, le contrôle médical des populations à risque n’est évidemment pas effectué… Les associations ont lancé ce mercredi un appel aux dons et à la mobilisation en "urgence".

"Si je ne peux pas manger chaud, je ne sais pas comment je vais vivre"

Des solutions sont à l’étude mais le temps presse. Dominique, a 50 ans dont 10 dans la rue. Il dort sur une aération de parking dans le centre de Lyon, et ne trouve plus de petite bouteille de gaz de camping.

"Il n’y a plus rien d’ouvert. Je ne trouve plus de gaz pour faire chauffer ma nourriture. Ça me fait de plus en plus peur. Si je ne peux pas manger chaud, je ne sais pas comment je vais vivre. C’est la peur aussi de me faire ramasser par la police, qu’ils nous mettent dans des centres. J’ai peur de me retrouver dedans parce que ça va mal finir".

"L’espérance de vie des personnes qui vivent dans la rue est de 50 ans donc le virus inquiète profondément"

Face à une situation qui se dégrade dans tout le pays, Thomas Berteigne de la Ligue des Droits de l’Homme lance un appel aux pouvoirs publics.

"La plupart des maraudes solidaires de distribution s’arrêtent petit à petit. Les restaurants du cœur ont annoncé qu’ils arrêtaient la plupart de leurs activités. C’est au pouvoirs publics de les reprendre en charge. On demande des mesures de réquisition de tous les bâtiments qui ont été fermés par mesure de précaution notamment, les centres culturels, les écoles, les universités. Il faut les héberger le plus rapidement possible".

Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre et invité de la matinale ce jeudi alerte sur les conséquences dramatiques du virus sur ces personnes sans domicile fixe: "L’espérance de vie des personnes qui vivent dans la rue est de 50 ans donc le virus inquiète profondément. Les centres d’hébergement ne sont pas des espaces médicalisés, le personnel non plus n’est pas médical (…) nous avons lancé un appel aux dons pour que les personnes à la rue puissent avoir des tickets à utiliser dans les magasins ouverts".

L’ouverture de centres dédiés pour les sans-abri atteint de COVID-19 sans aggravation est à actuellement l’étude par le gouvernement.

Lionel Dian (avec C.P)