RMC

"On ne peut pas payer notre loyer en médailles": pour financer l'hôpital, des professionnels de santé plaident pour la suppression des ARS

Le ministre de la Santé a promis un plan pour l'hôpital ajoutant qu'il fallait cependant trouver de l'argent. Pour les soignants, la suppression des Agences régionales de Santé pourrait résoudre le problème.

Visiblement, les récompenses promises par le président de la République ne suffisent pas. Au-delà des médailles et des hommages nationaux, les soignants et notamment les infirmiers, en première ligne lors de l'épidémie de covid-19, réclament une hausse de leur salaire à hauteur de 300 euros, pour revenir à hauteur de la moyenne européenne.

"On demande un ajustement à la moyenne européenne, donc une augmentation de 300 euros. On est sous-payés en France, on est toujours dans la logique de charité, de bénévolat. L’exécutif a évoqué le don de RTT mais on n’en veut pas. On veut être payés correctement par l’Etat employeur, on ne veut pas vivre de la charité. Notre loyer et nos courses, on ne peut pas les payer en médailles ou en défilés du 14-juillet", a plaidé ce lundi matin sur RMC Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers.

Une augmentation qu'Olivier Véran, le ministre de la Santé, s'est dit prêt dimanche à mettre en oeuvre dans un entretien au JDD. Le neurochirurgien a cependant assuré qu'il faudrait trouver l'argent, avant d'annoncer qu'un plan Santé allait être présenté prochainement.

Les ARS trop chers ?

Et pour trouver l'argent pour l'hôpital public, Thierry Amouroux a une idée: "Le souci que l’on a en France, c’est toute ces technostructures. Les Agences régionales de Santé (ARS) créées il y a dix ans, l’ont été pour mutualiser, c’est-à-dire fermer des lits, des services, des hôpitaux un peu partout", a-t-il estimé alors que 100.000 places à l'hôpital auraient été supprimées en France en 10 ans.

Or, les ARS coûteraient très chers à l'Etat, impactant le budget de la Santé et l'hôpital dans tout son fonctionnement:

"En Allemagne, ils ont peut-être moins de technostructures. Le ministère de la Santé c’est 11.000 fonctionnaires, l’ARS Ile-de-France c’est 1200 autres fonctionnaires et ce sont souvent des charges de missions contractuels payés deux fois plus qu’un fonctionnaire normal. Si on supprimait ces postes on pourrait embaucher", estime le syndicaliste.

Le plan Santé pour l'hôpital devrait être présenté avant l'été pour pouvoir être intégré au prochain budget de la sécurité sociale, voté à l'automne. Pour leur gestion de la crise et leur rôle, les personnels soignants, outre une médaille et un hommage national, devraient recevoir une prime comprise entre 1000 et 1500 euros.

Guillaume Dussourt